Le documentaire « GTFO » financé par les internautes

La misogynie des joueurs et de l'industrie du jeu est actuellement sur le devant de la scène. Shannon Sun-Higginson espérait réaliser un documentaire sur le sujet, les internautes le lui financent au terme d'une campagne participative de levée de fonds.

Le documentaire « GTFO » financé par les internautes

La place des joueuses (mais aussi des créatrices de jeu) sur la scène vidéo ludique mondiale est manifestement un sujet prégnant actuellement. On se souvient, dès novembre dernier, de ce mouvement (cette fronde ?) des développeuses américaines, détaillant sur Twitter les raisons pour lesquelles elles étaient si peu nombreuses dans l'industrie, l'expliquant notamment par une forte misogynie confinant parfois au harcèlement. Plus récemment, en France, la blogueuse Marlard dénonçait longuement le « sexisme chez les geeks » et là aussi, le propos était abondamment discuté et relayé, analysé et commenté (conspué par les uns, applaudi par d'autres, avec plus ou moins de finesse et justesse dans les deux cas). Peut-être un brin plus consensuel (car très documenté et exposé de façon moins polémique), la série d'Anita Sarkeesian, Tropes vs. Women in Video Games (dont on peut voir le premier épisode, Demoiselle en Détresse, sur YouTube) abordait là encore le même sujet.
Et nouvel exemple aujourd'hui avec « GTFO » (pour Get the fuck out, qu'on traduira pudiquement par « dégage »), un documentaire sur lequel travaille Shannon SUN-Higginson, joueuse occasionnelle new-yorkaise, traitant de la place des femmes (essentiellement les joueuses) dans le petit monde du jeu vidéo et de la misogynie qui règne notamment dans les jeux en ligne.

« Bien sûr, tous les joueurs ne sont pas des trolls ou des harceleurs - nombreux sont aimables, généreux et pareillement révulsés par ce type de comportements [misogynes]. Mais les faits demeurent : il y a un réel problème et il est temps que le public, hors de la sphère des joueurs, sache ce qu'il en est. Personne ne devrait avoir à subir ceci du fait simplement de son sexe (ou de son origine ethnique, de sa religion ou de son orientation sexuelle). Ce n'est pas seulement offensant pour les victimes et déplorable pour l'image renvoyée au public de l'industrie, c'est aussi décourageant pour les femmes qui voudraient s'investir dans ce media créatif.
L'objectif de ce documentaire consiste à mettre en lumière les expériences de femmes dans le monde du jeu, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, tout en évoquant quelques pistes qui permettraient de faire évoluer cet environnement afin de le rendre meilleur. [...] »

Chacun se forgera sa propre opinion sur cette initiative (certains considèrent manifestement que le sujet ne devrait pas faire l'objet d'une telle publicité, d'autres estiment au contraire qu'il importe de le dénoncer), mais on retiendra tout autant que Shannon Sun-Higginson espérait obtenir l'aide financière des internautes au travers d'une campagne sur la plateforme Kickstarter. Pour finaliser son projet et en assurer la post-production (des « interviews, tournois, conférences, conventions ont déjà été filmés »), Shannon Sun-Higginson avait besoin de 20 000 dollars et aujourd'hui, elle a obtenu plus de 25 000 dollars, quelques jours avant le terme de la campagne. De toutes évidences, le sujet ne laisse pas indifférent.

Réactions (41)


  • En chargement...