Critiques de Sucrelune

  • 24 mars 2017
    TES Legends se présente comme une alternative intéressante (à HearthStone et aux autres jeux de cartes en général) .
    L'aspect "premier degré" et sérieux, se démarque nettement du titre de Blizzard par exemple. On aime, ou pas. L'idée de piocher dans l'univers populaire des Elder Scrolls fonctionne bien, on sourit en voyant les unités débouler, parce qu'on les connaît parfois depuis Morrowind, ou même avant.
    La séparation du board en 2, pourquoi pas ? Ca rend les parties intenses. Les règles de "prophétie" (jouer une carte pendant le tour de l'adversaire) donnent du piment.

    Le mode solo, scénarisé, où on retrouve nos bons vieux doubleurs de la licence, coule tout seul. 
    Sans être hyper originale, l'histoire se laisse suivre avec plaisir, on a bien l'impression d'un vrai mode solo.
    En ligne, je trouve des adversaires en moins de 30 secondes, la semaine, et même le matin.

    Du côté des défauts, c'est un peu comme d'habitude chez Bethesda : un manque de charisme des personnages et unités. Ca n'a jamais été leur fort. Il n'y a aucun perso culte chez Bethesda, sinon Sheogorath, admettons.
    Du coup, toutes ces unités manquent un peu de gueule, de verve, de mordant, d'inspiration. Les artworks ne sont pas tous transcendants.
    Mais on s'habitue, car les parties s'avèrent intenses.
    Les decks (50 à 70 cartes ! ) se créent avec gourmandise, comme d'habitude dans ce genre de soft.
    Cependant, on peut trimer en quêtes journalières ou en arène multi/solo pour gagner de l'or ingame.

    Legends est un jeu de cartes parmi d'autres, ok.
    A chacun ses avantages et fardeaux.

    C'est tout de même un opus intéressant, et bien ficelé, qui donne envie de s'y atteler. Il n'a rien de bâclé. La gueguerre entre Hearthstone et Legends n'est pas vraiment d'actualité : il est clair que Bethesda ne pourra rivaliser, en termes de fréquentations, et que de toutes façons, l'univers TES attire moins de monde que celui de Warcraft.
    Mais ce sont des trips, des ambiances bien différentes, et je pense qu'un joueur allergique à Blizzard pourrait bien kiffer.
    Et, je confirme, on peut même aimer les deux.
    Publié le 24 mars 2017 à 11:12, modifié le 24 mars 2017 à 22:40
  • 2 mars 2016
    Je sais qu'il est de bon ton de cracher sur les pieds du mastodonte World of Warcraft. Je n'en ferai rien.

    Très honnêtement, si comme moi vous avez commencé étudiant (e) et que vous êtes maintenant un (e) daron (ne) , le jeu a su évoluer pour ménager du grand spectacle, de la narration, un système de jeu simple et au plaisir immédiat, pour des sessions brèves mais sympathiques et dépaysantes.
    On a plus toute la nuit à passer en instance, on a plus tout le week-end pour farmer, et on a plus des vacances entières à consacrer au leveling : notre vie a changé, WoW aussi.
    Je ne suis plus le même qu'en 2005.
    Lorsque je rentre du taf et que j'ai couché ma môme, j'aime bien prendre mon shoot azerothien pendant 2h, et s'il n'a pas la flamboyance de l'époque, il a encore de quoi m'offrir une bonne soirée.

    De plus, il est tout à fait possible de commencer maintenant, le jeu étant très bien adapté aux débutants.
    On a une bonne poignée de races et classes disponibles, un contenu massif, et la Blizzard touch, qui, elle, n'a jamais bougé, à savoir, une écriture fine mais teintée d'humour et de légèreté.

    Techniquement, il est toujours aussi stable.
    La direction artistique reste très inspirée, colorée, variée, et au fil des extensions, a su évoluer tout en gardant sa griffe.

    Alliance comme Horde sont passionnantes.
    Les grandes heures Vanilla, BC, LK, sont derrières, ok, de même que l'âge d'or du MMO, ça c'est sûr, mais il reste à faire.

    Les MMO de la grande époque (1999-2005 environ) n'ont pas tous aussi bien vieilli que WoW.
    Tout est question de goût certes, d'attachement, de trip personnel, je ne livre que mon avis.

    Je regrette simplement la disparition de certaines compétences ou certains sorts marrants, la simplification étant un peu trop lourde par moments.
    De même, j'aurais apprécié un ajustement des défis ou quêtes sur une difficulté choisie. La disparition des quêtes oranges/rouges (de niveau supérieur) étant une hérésie.
    La fameuse baisse de difficulté, je dirais que c'est affaire de chacun.
    Rien ne vous oblige à rouler sur les donjons ou raids au pas de course, alors que vous pouvez y aller avec 1-4 potes, ou même tout seul si votre niveau est suffisant.
    Publié le 2 mars 2016 à 18:47, modifié le 2 mars 2016 à 18:53
  • Plus d'autres critiques