Quelle plateforme de prédilection pour les développeurs ?

Pour quelles plateformes les développeurs conçoivent-ils leurs prochains jeux ? Pour les nouvelles consoles, la PlayStation 4 (20%) et la Xbox One (17%), mais surtout pour PC (52%) et plateformes mobiles (50%), financés par des fonds propres.

Quelle plateforme de prédilection pour les développeurs ?

Chaque année en mars, la GDC (Game Developers Conference) réunit les principaux professionnels occidentaux du jeu vidéo à San Francisco pour évoquer l'avenir de l'industrie vidéo ludique. L'édition 2014 se tiendra du 17 au 21 mars prochain et d'ici là, les organisateurs préparent les débats notamment au travers d'une série de sondages collectant l'opinion des participants des éditions précédentes.
Et comme chaque année, la GDC s'intéresse aux prochains projets des développeurs (nord-américains) et aux plateformes pour lesquelles ils prévoient de concevoir leur prochain jeu -- relayé par Gamasutra. Sont-ils déjà séduits par la nouvelle génération de console ? Resteront-ils fidèles à la précédente ? Misent-ils plutôt sur les consoles de Sony ou Microsoft ?

D'abord des projets pour PC et mobiles

gdcplatformnext.jpg

Il apparait notamment que la PlayStation 4 de Sony est la console suscitant le plus d'appétence chez les développeurs consultés : près de 20% d'entre eux conçoivent leur prochain jeu pour la PS4, contre 17% pour la Xbox One de Microsoft et moins de 5% pour la Wii U de Nintendo (et les PS3 et Xbox 360 ne séduisent déjà plus que 6% développeurs chacune).
Mais au-delà des consoles de salon, ce qu'on note surtout, c'est l'engouement des développeurs pour le PC/Mac. Plus de 52% des développeurs consultés ont des projets pour de bons vieux PC (qu'on dit pourtant souvent moribonds). Et ils sont 50% à vouloir prendre le train des plateformes mobiles. Le sondeur ne précise pas les raisons de ce choix, mais selon toutes vraisemblances, l'accessibilité technologique des PC et mobiles motive les développeurs (les projets consoles restent manifestement l'apanage des porteurs de gros projets -- d'envergure et donc moins nombreux).

Des projets largement auto-financés

Autre objet de consultation dans le cadre des sondages de la GDC : la source des fonds servant à financer le développement de jeux. À l'heure où l'attention est largement focalisée sur le financement participatif (notamment par l'intermédiaire de plateformes comme Kickstarter), il apparait que le crowndfunding ne représente que 10,8% des sources de financements des développeurs consultés -- à peine plus que les fonds levés auprès de groupes d'investisseurs (9,3%), à peine moins que ceux obtenus auprès d'éditeurs tiers (13,2%).
La principale source de financements des jeux reste les fonds propres du studio de développement (52%), voire les fonds personnels du porteur de projets (45,8%). Manifestement, pour la plupart des développeurs consultés, le jeu vidéo reste encore un projet à la fois personnel et dans lequel on investit de sa personne (dans tous les sens du terme).


  • En chargement...