Richard Garriott signe avec Zynga

Le groupe Zynga tente actuellement de renouveler son catalogue afin de proposer des jeux plus riches. Richard Garriott vient de signer un accord de distribution avec le géant du jeu social portant sur Ultimate Collector.

Richard Garriott signe avec Zynga

Incontestablement, Zynga a fait évoluer l'industrie du jeu vidéo en développant drastiquement le « jeu social », ces titres plutôt destinés à un public occasionnel et distribué sur les réseaux sociaux (Facebook en tête). Le studio a revendiqué jusqu'à 300 millions de joueurs sur ses titres, mais peine manifestement à les fidéliser (les jeux sociaux sont très attractifs et faciles d'accès, mais se renouvellent peu) accuse une baisse de ses résultats financiers.
Raison pour laquelle Zynga tente de diversifier son offre. Le studio étoffe ses activités en matière de jeux d'argent (via des titres de poker en ligne, notamment) et lorgne du côté de jeux en ligne plus riches et plus complexes, affichant un meilleur taux de rétention.

C'est dans ce contexte que Richard Garriott (que les joueurs de MMO connaissent pour être le papa d'Ultima Online, entre autres) annonce la signature d'un partenariat d'édition avec Zynga. Portalarium, le studio fondé par Garriott, s'apprête à lancer Ultimate Collector (nous l'abordions), un jeu distribué sur les réseaux sociaux (en attendant un prochain portage sur plateformes mobiles) et actuellement en bêta-test, invitant les joueurs à endosser le rôle d'un collectionneur en quête d'objets rares de brocantes (l'une des passions de Richard Garriott).
On attendra la sortie du jeu pour évaluer son intérêt ludique (les adeptes de brocantes sont-ils plus accro à la recherche elle-même que reproduit le jeu ou au souhait d'acquérir réellement des objets de collection ?), mais d'ores et déjà, Zynga et Portalarium soulignent le potentiel économique d'Ultimate Collector. Le jeu est non seulement distribué en free-to-play (avec une boutique permettant aux joueurs de « progresser plus rapidement »), mais mise aussi sur du « placement de produits », permettant à des marques partenaires d'intégrer leurs produits dans le jeu afin que les joueurs les collectionnent.
Et Richard Garriott ne compte pas s'arrêter là. Le développeur a toujours le projet de concevoir son RPG Ultime (dans la droite ligne des premiers Ultima), distribué sur les réseaux sociaux mais fort d'un gameplay riche. Début juillet dernier, le studio levait sept millions de dollars pour poursuivre ses activités mais selon Garriott, le succès commercial d'Ultimate Collector déterminera l'ambition de son RPG.

Réactions (39)


  • En chargement...