Zoom sur Skyforge

Après avoir déjà signé Allods Online, la Team Allods travaille aujourd'hui sur Skyforge, MMORPG invitant le joueur à incarner rien de moins qu'une divinité. Nous avons eu l'opportunité de tester le MMORPG qui se démarque notamment par un gameplay résolument axé sur l'action.

Zoom sur Skyforge

Dans nombre de MMORPG, les joueurs incarnent généralement des ptits gars et de jeunes demoiselles qui se retrouvent embarqués dans une aventure malgré eux... Ils passaient dans un coin peinard, un événement arrive et paf ! Les voilà le dernier rempart pour sauver le royaume, le monde voire la galaxie... La routine habituelle, en somme. Mais qu'en est-il de proposer de jouer un dieu ? De souvenirs, peu de MMORPG assument cette tendance mais Skyforge revendique sa place dans cette catégorie là. Invités par My.com à la présentation et l'essai du nouveau MMO toujours en développement de la Team Allods et d'Obsidian, voici nos impressions.

La divinité, ça sert à quoi ?

Bien que les principes liés à la divinité n'ont pas été montrés ni testés, certaines informations nous ont été données sur ce sujet mis en avant par le titre.

screenshot-9.jpg

Dans Skyforge, les joueurs n'incarnent donc pas le simple voyageur lambda mais une divinité, rien que çà ! Bien sûr, au début, le personnage n'est qu'un « simple » guerrier immortel, pas très loin de devenir un dieu de bas étage, croisement entre Highlander et Hercules (la taille des muscles en moins), mais il peut devenir bien plus que ça !
En effet, les actions de l'immortel pour protéger et aider les habitants du monde d'Aelion lui permettront de gagner des adeptes dont le nombre et la foi qu'ils développent lui ouvriront les portes d'une puissance divine de plus en plus grande au point de devenir une divinité supérieure. La foi des adeptes du culte du guerrier que le joueur incarne deviendra son énergie et donnera accès à de nouvelles possibilités à mesure que cette foi augmente et que le personnage grimpe les échelons divins. Le personnage pourra donc prendre une forme divine, boostant ainsi toutes ses statistiques mais octroyant également de nouvelles capacités surpuissantes selon la classe utilisée et celles débloquées. Apparemment, plus il y a de classes maîtrisées, plus les pouvoirs seront puissants ! De même, il serait possible de faire de l'artisanat grâce à la foi. Mais, attention, tout cela consomme une partie de la foi des adeptes et cette énergie prend du temps à se recharger, il vaut donc mieux ne pas l'utiliser n'importe comment.

Un gameplay frénétique

Paladin

Les développeurs ont choisi de faire de leur nouveau bébé un jeu très orienté "action". Du coup, pas de ciblage actif (même si une option permet de focus, on tape ce qui est dans son viseur selon la portée des attaques), des commandes assez simples, un nombre de compétences équipables limité et un système de combos bien maîtrisé.
Le principe des actions est assez simple : le bouton gauche de la souris utilise l'action basique, l'attaque d'arme, tandis que le droit sert à une action consommant une énergie comparable aux mp et qui peut être rechargée grâce aux actions basiques. En fonction de l'enchaînement des boutons et de la durée de pression sur ceux-ci, le personnage enchaînera différents combos et différentes actions. Jusqu'à huit actions équipables peuvent être ajoutés à ces deux actions de base et, comme ces deux dernières, selon l'enchaînement des actions et de la durée de pression des boutons, les actions spéciales peuvent avoir des effets différents. Par exemple, une pression rapide du bouton d'une action provoque un rapprochement rapide du personnage vers le monstre en face de lui, alors qu'une pression longue de ce même bouton déclenchera une attaque qui attirera l'ennemi de force. De quoi flanquer une variété de combos bien jouissives dans la tête des adversaires ! Bien entendu, ces actions supplémentaires consommeront aussi de l'énergie et il faudra combiner actions spéciales et actions basiques pour ne pas être toujours en rade d'énergie. Histoire de porter un coup final, et c'est le cas de le dire, les combos peuvent se terminer par une action finale, un « Finisher » pour achever sa proie et chaque classe dispose d'une capacité ultime, à recharge lente, qui pulvérisera tout ceux qui se trouveront sur la route de l'immortel.
Clairement, ces nombreuses possibilités de combos et voir sa pauvre victime se faire enchaîner a un petit quelque chose d'assez grisant et qu'on ne ressent pas forcément dans tous les MMORPG.

Système de classes multiples

Il y a peu de MMORPG proposant aux joueurs de pouvoir jouer toutes les classes sur un seul personnage mais c'est un détail important sur lequel il faut bien insister dans le cas de Skyforge. Une quinzaine de classes, entre lesquelles il sera possible de switcher librement dans le menu entre chaque combat, devraient être disponibles dès le lancement du jeu et divisées en trois catégories de cinq classes : débutantes, intermédiaires et avancées. Trois seront immédiatement jouables dès vos premiers pas dans le jeu, le reste sera à débloquer au fur et à mesure de votre avancée.
A priori, on compte trois types de classes dans Skyforge, les DPS au corps à corps, ceux à distance et les tanks, chaque classe ayant généralement une spécificité qui la démarque des autres comme une plus grande aisance dans les attaques de zones, des compétences de supports ou de gestions de foule...

Ah ? Des voix se font entendre au fond de la salle ? Où sont les classes de soin ? Et bien... Il n'y en a pas et il n'y a pas non plus de compétences de soin ! Pari osé dans un domaine où les capacités de soins sont synonymes de longévité. En fait, les personnages récupèrent très vite leurs points de vies en dehors des combats mais il y a quand même un moyen de reprendre de la vie pendant les affrontements : lors des combos et, surtout, lors des finishers, les ennemis laissent échapper des orbes de vie qui remonteront la santé de son personnage, ce sera le principal et seul moyen de se soigner -- même si la régénération de la vie en combat est manifestement un autre avantage de la forme divine. Du coup, esquiver les attaques et bien réussir les combos jusqu'au finisher seront des éléments cruciaux lors des combats, en particulier contre les boss ou les marées d'ennemis.

Paladin
Cryomancer

Nous avons eu l'opportunité de tester cinq classes, lors de la présentation du jeu :
Trois DPS de corps à corps :

  • Le Paladin qui possède des compétences pour générer de l'aggro ;
  • Le Berserker qui possède de nombreuses attaques de zones et qui ne fait pas dans la dentelle ;
  • Le Slayer, utilisateur de chaînes aux usages multiples dont les capacités d'attirer l'adversaire ou de lui sauter dessus.

Deux DPS à distance :

  • Le Cryomancer, utilisateur de magie de glace capable d'immobiliser ses adversaires ;
  • L'Archer, la classe classique par excellence, capable d'attaques variées focalisés sur un seul ennemi ou à large portée.

Toutes ces classes testées étaient très intéressantes à jouer mais je dois avouer m'être bien éclaté avec la congélation du cryomancer, les enchaînements fluides du slayer et les combos brutaux du berserker.

Évolution des personnages

Ascension Atlas

Dans Skyforge, il n'y a pas de gains d'expérience, donc pas de gains de niveaux. L'évolution des personnages se fait grâce à l'« Ascension Atlas », une sorte de sphérier à la FFX. Chaque classe est composée d'un ensemble d'un nombre variables de cases (selon la catégorie de la classe), chacune étant reliée à une autre case ou plus. Cela forme des chemins qui définissent l'évolution du personnage. Ces cases correspondent à des compétences de classe ou à des bonus de caractéristiques, que l'on débloque en gagnant des points de compétences octroyés par la réussite de quêtes ou la défaite des adversaires.
À mesure que les joueurs débloquent de nouvelles cases et avancent sur les chemins de l'Atlas, ils seront en mesure de débloquer de nouvelles classes et augmenter progressivement la puissance de leurs personnages.

En effet, même si il n'y a pas de niveau, la progression dans l'Atlas est réellement ce qui détermine les caractéristiques de l'avatar, les bonus de statistiques débloqués deviennent communs à toutes les classes, ce qui fait que si le personnage à débloqué 30 points bonus en force dans la section du paladin, ces 30 points bonus de force seront également ajoutés au Berserker ou toute autre classe. Le choix des joueurs dans l'évolution de son personnage est donc extrêmement important et offre un large éventail de personnalisations, tout le monde n'aura pas forcément les mêmes builds et le système encourage fortement le multi-classes.

Pas d'informations sur les effets des équipements, n'ayant pas eu le temps de jeter un oeil.

Et graphiquement, ça donne quoi ?

Pour le peu de zones observées, les graphismes sont assez beaux, les personnages bien détaillés et les effets de combats jolis, sympa à voir, le tout sans vous éclater la rétine, chose bienvenue au vue du dynamisme des combats. Skyforge ne semble pas être le plus beau jeu du marché mais il s'en sort très bien sur ce point là. On prend plaisir à observer son cryomancer glisser sur la glace lors d'une course rapide en avant et d'un bel effet. Petit bémol cependant, sur la carte de la zone et la carte du choix des zones (apparemment, on ne change pas de zone à pied mais en se téléportant) qui étaient très basique et dépouillées, dignes d'un jeu old school, mais il n'y a pas de doutes sur le fait que l'équipe de développement fignolera ça plus tard.

Verdict

Skyforge n'est probablement pas "LE" MMORPG de l'année 2015 mais, avec, entre autres, un gameplay très axé sur les combos jouissifs et un système d'évolution des personnages très intéressant, il dispose de bons arguments pour se faire une petite place au soleil... En espérant juste qu'il ne tombe pas dans les travers du Pay to Win qui ont plombés Allods Online.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Skyforge ?

49 aiment, 23 pas.
Note moyenne : (75 évaluations | 0 critique)
6,6 / 10 - Bien

38 joliens y jouent, 67 y ont joué.