Critiques de Poulpis

  • 20 nov. 2013
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 3 ans.
    5 personnes sur 7 ont trouvé cette critique utile.
    Omtorn est un jeu 2D sur navigateur, facile d'accès, qui mise beaucoup sur des recettes éprouvées.

    Quatre races, réparties en deux camps pour le PvP, avec un background correct. Quatre classes de personnages, les mêmes que partout : guerrier, prêtre, mage, rôdeur. Chaque classe dispose de deux arbres de 20 compétences sans vraies surprises. Un service minimal de récolte et d'artisanat, un hôtel des ventes, des tournois PvP...
    Le jeu est complètement "theme park", avec des cartes couloir plutôt petites (navigateur oblige) et des débuts très linéaires.

    Sauf que...
    Omtorn est un jeu à points d'actions à peine déguisé. On y gagne chaque heure des "points de forme", qui sont des droits à gagner des points d'expérience. Ces points de forme sont cumulables sur un jour et demi (5 jours en payant l'abonnement). Une fois les points épuisés, on ne peut plus faire ni quête, ni récolte ; ni artisanat, les monstres ne rapportent plus de drop... la seule activité intéressante qui reste est l'arène PvP.

    Et ça change tout ! Omtorn est un jeu auquel on joue une fois par jour pendant une demi-heure et ça le rend terriblement addictif. Les jours où on a du temps, au lieu de chercher les stratégies qui feront progresser le plus rapidement, on réfléchit à la façon la plus intéressante de dépenser son quota d'XP. Pour les accros, la carte bleue permet d'avoir un peu plus de points de forme (l'équivalent de 2 jours de jeu par semaine) et de cumuler jusqu'à 4 personnages. Mais les avantages GP du cash shop ne vont pas plus loin. C'est donc un jeu pour ceux qui ont une vie à côté mais aimeraient pouvoir jouer à un MMORPG sans se faire distancer.

    Au jour où j'écris, le jeu est encore récent. Les plus anciens joueurs viennent d'atteindre le niveau 30, sur au moins 80 possibles. Le contenu haut niveau n'est pas encore connu (ni créé ? ). Certains équilibrages se cherchent encore. Les développeurs font une petite mise à jour chaque jour ouvré. Et ils semblent plutôt à l'écoute de leurs joueurs.
    5 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 4 sept. 2011
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 6 ans.
    2 personnes sur 2 ont trouvé cette critique utile.
    Voici un jeu que j’ai découvert par hasard et dont je me suis très rapidement lassé. Pas parce qu’il est mauvais, simplement parce que je ne fais pas partie du public cible. Mais comme personne n’a encore évalué ce jeu, je pense en avoir assez vu pour en donner un aperçu.

    Donc, il faut savoir que le jeu est pensé pour les enfants. Le site mentionne que 60 % des joueurs auraient entre 13 et 24 ans, je suppose qu’une bonne partie des 40 % restants ont moins de 13 ans. Les dessins sont mignons, la page destinée à rassurer les parents est facile à trouver, et le gain d’expérience se bloque au bout de quelques heures jusqu’au lendemain afin que les petits ne passent pas trop de temps devant l’écran. Bien sûr, on ne trouvera aucun contenu choquant.
    Le hic est que le jeu est uniquement en anglais. Cela réduit les joueurs potentiels parmi les lecteurs de JOL à… quelques collégiens ?

    Et le contenu du jeu, me direz-vous ? J’avais mentionné des dessins : le jeu n’est ni en 3D ni en 2D, mais en images fixes. Les seules scènes animées sont les combats (au tour par tour). Le jeu n’est d’ailleurs pas un MMORPG, mais un jeu en flash qui se joue seul. Pour rencontrer une communauté, il faudra faire un tour du côté des forums, lesquels semblent principalement axés sur les stratégies et l’optimisation des personnages.

    Le jeu tourne entièrement autour des combats (si l’on excepte le temps passé dans les boutiques ou à dérouler les dialogues des PNJ). Il n’a clairement pas la profondeur d’un MMORPG classique.
    Lors d’un combat, on peut réaliser des attaques de trois types : mêlée, à distance ou magique. Ceci correspond aux trois classes disponibles à la création du personnage (guerrier, ranger ou magicien) , mais en fait chacun peut faire de tout s’il a acheté la bonne arme (ou sort). Quel que soit le type d’attaque, les dégâts dépendent de l’un des huit éléments. Bien sûr, chaque adversaire est plus ou moins vulnérable à tel type d’attaque et de dégâts. Et pour ne pas se tromper, il suffit de jeter un œil à sa description au début du combat.
    Cela devient donc rapidement répétitif. Heureusement, le bestiaire est original.

    Bien sûr, le jeu est pensé pour attirer le (jeune) joueur vers le contenu payant. On peut s’offrir un statut de « Gardien » , définitivement acquis, pour environ 20 dollars. Cela donne droit à plus de tout (de quêtes, de lieux accessibles, d’objets achetables…). Cela permet même de s’acheter une bonne conscience, vu qu’il est bien mis en avant que c’est grâce aux Gardiens que le contenu gratuit existe pour tous.
    Sauf qu’à côté de cet achat unique, il existe également une monnaie (les Z-tokens) achetable en vrai argent, qui permet de s’offrir des armes spécifiques et même une maison dans le jeu. On peut aussi gagner des Z-tokens lors des combats, mais au compte-gouttes.
    Comme d’habitude dans un « free to play » , on a affaire à un marché de dupes qui pousse à acheter du contenu plus cher qu’il ne vaut. Le joueur ne peut pas se comparer directement aux autres joueurs, cela diminue la pression à l’achat, c’est déjà ça.

    Malgré mes remarques plutôt négatives, ce jeu conviendra sans doute à un jeune public anglophone (ou désireux de se perfectionner en anglais ? ) mais assez raisonnable pour résister aux sirènes des options payantes.
    2 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 30 nov. 2010
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 6 ans.
    Ce jeu semblera familier à ceux qui connaissent Heroes of Might & Magic. Il y a des villages à construire et à conquérir, des héros qui montent en niveau et gagnent des compétences, des mines gardées par des créatures, etc.
    Mais sous cet habillage, il s’agit bien d’un jeu de stratégie massivement multijoueur, où l’important est d’être dans une alliance qui tienne la route. D’ailleurs celui qui voudra jouer en solo n’a pas d’illusions à se faire sur sa durée de survie, une fois sa période d’immunité (15 jours) écoulée.

    Attention, on pourrait croire que ce jeu est peu consommateur de temps, qu’il suffit de se connecter quelques minutes quelques fois par jour… si vous accrochez, ça vous en prendra beaucoup plus.

    Je conseille au nouveau joueur de lire rapidement les tutoriels sur le forum du jeu (il y a une liste des tutoriels en post-it). On y découvre par exemple qu’il existe un simulateur permettant d’optimiser ses combats (indispensable).

    Le modèle économique est honnête si on part de l’idée que la partie gratuite est une version démo bridée. L’abonnement permet simplement de continuer à croître au-delà d’un certain seuil (plus quelques fonctions de confort peu utiles). Ainsi, celui qui n’accroche pas ou celui qui se fait massacrer d’entrée de jeu aura au moins la consolation de ne rien avoir payé.

    Les parties semblent durer 5-6 mois. Une fois un serveur plein (3000 inscrits) , il est fermé, ce qui devrait éviter de trop gros écarts. Malheureusement, depuis la saison 2 les joueurs ne partent plus à égalité : les anciens de la saison 1 démarrent avec des bonus (l’ « hérédité » ) qui faussent la compétition. Dommage.
  • Plus d'autres critiques