Entropia Universe lance sa campagne... présidentielle

Si Entropia Universe s'appuie déjà sur une économie hybride, à cheval entre monde réel et monde virtuel, le MMO se lance aussi en politique et organise l'élection d'un président doté de vrais pouvoirs et d'un vrai budget, visant à promouvoir une forme de citoyenneté numérique.

Entropia Universe lance sa campagne... présidentielle

Entropia Universe a toujours occupé une place un peu particulière parmi l'offre de MMO, notamment du fait de la porosité de ses frontières avec le monde réel -- on se souvient que dès son lancement, Entropia Universe s'est par exemple appuyé sur une économie dont la monnaie (virtuelle) était convertible en vrais dollars (les joueurs peuvent acheter des PED avec de vrais dollars, mais aussi convertir leur PED en dollars) ou en mettant en vente des parcelles de terrains virtuels (parfois pour des sommes colossales) en vue d'une exploitation économique bien réelle. Et pour gérer cette économie hybride, le studio MindArk avait obtenu des agréments financiers bien réels lui permettant notamment d'exercer des activités bancaires en ligne.
Le studio continue aujourd'hui de brouiller les lignes en lançant cette fois une campagne électorale qui conduira à l'élection du « président de la réalité virtuelle », doté de vrais pouvoirs politiques et financiers.

Nombre de MMO imaginent déjà des mécaniques ludiques reposant sur de (pseudo) pouvoirs politiques, au sein d'une alliance ou d'une faction, permettant à un joueur de débloquer, souvent très temporairement, quelques pouvoirs supplémentaires. Entropia Universe affiche un peu plus d'ambition : le président de l'univers virtuel sera élu pour un mandat quatre ans, renouvelable une fois, et aura notamment pour mission de gérer « une partie du PNB » d'Entropia Universe, que MindArk évalue par voie de communiqué à l'équivalent de quatre milliards de dollars américains (on imagine que le chiffre est calculé sur la base d'une conversion en vrais dollars des échanges in-game entre joueurs).
Très concrètement, Mindark promet donc de « verser une partie du PNB annuel d'Entropia Universe » au président élu au titre de son « budget initial d'exploitation [...] pour financier la constitution d'un cabinet présidentiel et pour promouvoir les alliances stratégiques entre le gouvernement de la réalité virtuelle et les groupes [de joueurs] ainsi que les institutions du monde réel ». Bigre !

On n'est évidemment pas dupe. Les annonces de Mindark (que ce soit la vente de stations spatiales virtuelles pour des centaines de milliers de vrais dollars ou ici l'organisation d'une élection) ont essentiellement des visées promotionnelles afin d'attirer de nouveaux joueurs dont les dépenses (réelles) alimenteront l'économie du jeu et du studio -- en plus ici de promouvoir son système Virtual Democracy de vote électronique que le studio se propose de mettre à disposition des « démocraties réelles ».
Pour autant, Mindark s'appuie aussi sur une (vieille) idée remise ici au goût du jour : une citoyenneté numérique visant à organiser les droits des avatars -- considérant que les internautes ont aussi une « vie numérique » parallèle à la vie réelle, faite d'interactions, de relations sociales ou économiques et que cette vie numérique pourrait aussi être appréhendée juridiquement et politiquement, de façon spécifique et au regard de ses propres originalités.
Dans ce contexte, le développeur appelle les utilisateurs d'Entropia Universe, mais aussi de tous les autres MMO et univers virtuels, à revendiquer leur citoyenneté numérique et à s'engager dans sa campagne présidentielle (comme candidat ou simple électeur), afin « d'envoyer un message fort à tous les développeurs » et leur rappeler qu'il n'y a pas de mondes virtuels possibles sans utilisateurs et que ces utilisateurs ont aussi des droits. Pour les curieux, le studio détaille son projet à cette adresse, où l'on peut aussi s'inscrire sur la « liste électorale » en vue d'un scrutin qui s'achèvera le 27 mars 2016.

Réactions (16)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Planet Calypso ?

50 aiment, 37 pas.
Note moyenne : (92 évaluations | 14 critiques)
4,4 / 10 - Médiocre
Evaluation détaillée de Planet Calypso
(12 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

57 joliens y jouent, 166 y ont joué.