L'indisponibilité du mode « online » de GTA n'est pas passible de poursuites

Lors du lancement de GTA Online, les serveurs pris d'assaut sont temporairement restés inaccessibles. Certains joueurs réclamaient alors réparation devant les tribunaux américains, qui rejettent aujourd'hui leur demande.

L'indisponibilité du mode « online » de GTA n'est pas passible de poursuites

Tous les joueurs de MMO ont déjà été confrontés aux aléas techniques inhérents aux lancements de nouveaux jeux ou déploiements de patchs : lorsque des serveurs sont pris d'assaut, il arrive qu'il faille prendre son mal en patience pour pouvoir jouer. Et le lancement de Grand Theft Auto Online, le 1er octobre dernier, n'a pas échappé à la règle.
Après avoir écoulé des millions d'exemplaires de la version solo du jeu, les serveurs de la version online étaient rapidement saturés et nombre de joueurs sont donc restés (un temps) aux portes de San Andrea. L'un d'eux, Bruce McMahon, voyait dans cette indisponibilité des serveurs une « pratique commerciale illégale et frauduleuse, constitutive de publicité mensongère et en violation avec les lois relatives à la protection des consommateurs » et, le 4 octobre, engageait donc une action collective contre les studios Take-Two Interactive et Rockstar Games devant les juridictions californiennes. Juridictions qui viennent de rejeter l'action, aux motifs qu'elle n'est pas fondée.

Selon la juge Virginia A. Phillips, Bruce McMahon n'était pas en droit d'attendre un service online et multijoueur jouable « immédiatement » à la sortie du jeu dès lors que cette mention n'apparait sur le packaging de la boîte de jeu. Au contraire, la boîte de GTA « avertit le consommateur que le jeu en ligne et les fonctionnalités spéciales du jeu "peuvent ne pas être accessibles à tous les joueurs" ». Les juridictions californiennes estiment l'avertissement suffisant pour alerter le consommateur éventuel de l'indisponibilité possible des serveurs, et ce, dès avant l'achat du produit.
Au-delà du cas de Bruce McMahon, on retiendra plus généralement que l'adage « patch day, no play » bien connu des joueurs de MMO ne donne donc pas lieu à réparation financière devant les tribunaux américains -- quand bien même nombre d'éditeurs ont pour habitude de dédommager les joueurs au moins en temps de jeu.

Réactions (27)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Grand Theft Auto Online ?

7 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (10 évaluations | 0 critique)
5,5 / 10 - Assez bien

7 joliens y jouent, 10 y ont joué.