Gamania met un terme à ses activités occidentales

Le taiwanais Gamania s'installait en Europe fin 2010 avec un vaste catalogue de MMO free-to-play. Manifestement, il n'aura pas trouvé son public sur le Vieux continent et Gamania se concentre sur l'Asie Pacifique.

Fin 2010, le taiwanais Gamania s'installait en Europe et affichait de hautes ambitions pour le Vieux continent, fort d'un catalogue de MMO free-to-play plutôt riche (début 2011, Hero 108 Online servait de tête de pont, d'autres ont suivi et on attendait notamment une version occidentale de Core Blaze).

Fin novembre dernier, l'éditeur annonçait néanmoins déjà la fermeture Soul Captor (les serveurs ont fermé le 9 janvier dernier). Et dans la fouée, hier, les MMO kawai Divina (déjà repris par Aeria Games) et Lucent Hearts (qui invitait à trouver l'âme soeur in-game) fermaient à leur tour définitivement leurs portes (pour les joueurs ayant fréquenté la boutique de ces MMO, le service client de Gamania reste opérationnel jusqu'au 31 janvier).
Mais ces fermetures de jeux marquent surtout la cessation d'activité de Gamania en Occident, qui se concentre donc ses fondamentaux et son territoire d'élection, l'Asie Pacifique. On sait que l'Europe est un territoire dont la richesse est attractive, mais difficile d'accès pour les exploitants étrangers (du fait d'un territoire vaste mais très disparate technologiquement et comptant de nombreuses langues, cultures ou législations). Manifestement, Gamania n'en aura pas trouvé la clef.


  • En chargement...

Que pensez-vous de Gamania ?

0 aime, 0 pas.