Shin Megami Tensei (série)

Shin Megami Tensei (série)


Développeur Inconnu

Plateformes Nintendo 3DS, PSP, PlayStation 2, PlayStation 3, PlayStation Vita
Genres Jeu de rôle, asiatique, contemporain, fantastique, manga, post-apocalyptique, réaliste, science-fiction, steampunk

Statut Disponible
Sortie Inconnue

Modèle économique Prix d'acquisition inconnu

Localisation inconnue

PEGI Inconnu

Extensions ShinMegamiTensei (?)
Shin Megami Tensei (souvent abrégé MegaTen) est une série de jeux de rôle japonaise publiée et produite par Atlus depuis 1987. La saga est principalement reconnue pour ses scénarios psychologiques, sa direction artistique sombre et sa difficulté. Arrivée sur le tard en Europe, la licence est aujourd'hui déclinée en une multitude de séries dérivées, de cross overs et de spin offs dans des genres aussi variés que les différents styles de RPG, les cartes, le VS fighting ou encore récemment le rythme.

Présentation modifier

Série principale et séries dérivées.

L'ancêtre de la série, Megami Tensei Digital Devil Saga (ou Monotogari) est un jeu commandé à Namco suite au succès du roman éponyme d'Aya Nishitani et créé par la future équipe d'Atlus r&d en 1987 sur Famicom (NES au japon). Il ne faut pas confondre avec la version MSX sortie peu de temps avant qui est elle réalisée par Telenet et n'est pas rattachée à la série MegaTen.
Le succès de ce premier jeu entraîne la création d'une suite elle aussi produite par Namco ainsi qu'un grand nombre de séries dérivées produites par Atlus. On retrouve ainsi en 1992 le premier jeu Shin Megami Tensei sur Super Famicom Nintendo qui réécrit la trame de Digital Devil Saga 2 en y intégrant de nombreux éléments qui seront une base récurrente des jeux la série Megaten. Cette série principale se poursuit sur Super Famicom en 1994 avec Shin Megami Tensei puis attend 2003 pour le très attendu Shin Megami Tensei III, sous titré Nocturne, sur Playstation2. Aujourd'hui, la série se poursuit avec Shin Megami Tensei IV sorti en 2014 sur Nintendo 3ds et qui proposera une version FINAL en 2016.
Outre cette série principale, Megaten se compose d'une ramification tentaculaire de séries dérivées. Sans rentrer dans les détails, on peut ainsi citer dans l'ordre chronologique Megami Tensei Gaiden : Last Bible, Shin Megami Tensei if, Majin Tensei, Kyuuaku Megami Tensei, Devil Summoner, Giten Megami Tensei, Persona, Devil Children, Demi Kids, Shin Megami Tensei Nine, Digital Devil Saga, Tokyo Requiem, Devil Survivor et Strange Journey.

Megaten en europe

Parmi cette multitude de jeux, seul un nombre restreint est malheureusement sorti du japon. Les raisons généralement avancées sont la difficulté des jeux mais surtout les scénarios controversés par rapport aux thèmes qu'ils abordent. Le joueur Européen découvre donc la série en 2005 sur Playstation 2 avec la localisation de la version director's cut de Shin Megami Tensei 3 renommée pour l'occasion Lucifer's Call. Cette localisation tardive, 10 ans après le premier épisode, conforte Atlus sur le potentiel de sa série vis à vis du public occidental. Les spin-offs Playstation 2 Devil Summoner Raidou Kuzunoha vs the Soulless Army et sa suite, Digital Devil Saga 1 et 2 ainsi que Persona 3(et sa version améliorée sous titrée FES) et 4 sortent donc les années suivantes en Europe.

La série a ensuite poursuivi son chemin en Europe sur consoles portables. La PSP a proposé des remakes de la série Persona dont les premiers épisodes étaient jusqu'alors inédits en Europe. On retrouve donc Persona, Persona 2:Innocent Sin, Persona 2 : Eternal Punishment qui étaient réservés dans leur version Playstation au Japon et aux Etats-Unis ainsi que Persona 3 Portable. La Playstation VITA reprend pour sa part une version remodelée de Persona 4 rebaptisée Persona 4 Golden.

Sur Nintendo DS, plusieurs jeux sont sortis mais ils ont eux aussi été cantonnées à une sortie au Japon et aux USA. Il s'agit de Strange Journey, Devil Survivor 1 et Devil Survivor 2. Fort heureusement pour le public Européen, la Nintendo 3DS propose des remakes des deux Devil Survivor qui ont été localisés en Europe . Il s'agit des version Shin Megami Tensei : Devil survivor Overclocked et sa suite Shin Megami Tensei : Devil Survivor 2 Record Breaker ainsi qu'un remake de Devil Summoner : Soul Hackers jusque là exclusivement sorti au japon sur Saturn. La 3Ds propose par ailleurs la dernier épisode en date de la série principale : Shin Megami Tensei IV.

Diversification

La série, déjà compliquée à aborder vis à vis de ses nombreux spin-offs, s'est également développée en dehors du jeu de rôle traditionnel à travers plusieurs jeux qui reprennent l'univers dans différents genres. Au Japon on retrouve ainsi des Mmo, des jeux de cartes à collectionner ou des jeux mobiles. Eu Europe, ces jeux originaux sont centrés autour de la série Persona avec le jeu de Vs Fighting Persona 4 Arena sur Playstation 3 et XBox 360 (ainsi que son extension Ultimax) qui proposent des combats avec un casting reprenant les personnages de Persona 3 et 4 ainsi que le jeu de rythme Persona 4: Dancing All Night sur PS VITA. La série est même dérivée en un cross over avec une autre série de donjon RPG phare d'Atlus, Etrian Odyssey, à travers le jeu Persona Q : Shadow of the labyrinthe sur Nintendo 3ds qui reprend les personnages de Persona 3 et 4 dans un gameplay inspiré d'Etrian Odyssey.

Shin Megami Tensei et ses différents spin-offs sont également la base de plusieurs adaptations en mangas et animes.

Systèmes de jeu modifier

La série MegaTen se caractéristique par plusieurs éléments forts qui constituent le liant à la multitude d'épisodes. On peut les regrouper sommairement entre l'ambiance et le gameplay.

Ambiance

La caractéristique principale de Shin Megami Tensei qui en fait une série à part sur la scène du jeu de rôle Japonais est son ambiance sombre et mature. Si l'histoire des Megaten n'est pas directement liée d'un jeu à l'autre, on peut souligner la présence récurrente de plusieurs fils rouges. L'univers présente un monde moderne mettant en scène Un Tokyo contemporain, légèrement futuriste ou même post apocalyptique selon l'épisode. Certains jeux proposent un environnement différent comme par exemple Strange Journey qui se déroule en Antarctique.
Les thèmes abordés sont eux aussi récurrents entre les différents opus. On retrouve généralement les restes d'une humanité dévastée qui survit au milieu des ruines conquises par des démons. La démonologie est ainsi le concept repris dans tous les jeux de la série qui mettent en scène un grand bestiaire composés de démons issus de différentes mythologies. Certaines créatures sont ainsi typiquement japonaises mais d'autres s'inspirent des Panthéons Nordique et Hindou ou encore de la bible. Beaucoup de ces démons se retrouvent au fur et à mesure dans chaque épisode de la série en reprenant non seulement les même caractéristiques visuelles mais aussi le même comportement. Par exemple le démon Jack Frost apparaît dans tellement de jeux (dans lesquels il rempli différents rôles mais en conservant toujours un caractère moqueur et farceur) qu'il est devenu la mascotte d'Atlus.
Outre le Bestiaire, la cohérence de la saga est également assurée par d'autres biais. Comme d'autres séries de RPG, on retrouve ainsi une monnaie (les Macca dans Shin Megami Tensei) des objets consommables et des équipements qui reviennent dans chaque épisode. Le titre de la série est officiellement traduit par La réincarnation de la Déesse. Ce titre fait référence à un personnage du premier épisode et la plupart des épisodes mettent ainsi systématiquement en avant un personnage féminin très fort, quasiment mystique. La réalisation artistique est également un point de rassemblement entre les différents épisodes. Les artworks sont majoritairement réalisés par Kazuma Kaneko et Shigenori Soejima. Ils se caractérisent par une représentation plus sombre et réaliste des personnages humains que dans les autres JRPG. La musique se distingue elle aussi du reste de la production japonaise avec le travail notamment de Tsukasa Masuko, Kenichi Tsuchiya et Shoji Meguro. Les styles proposés sont ancrés dans l'univers contemporain de la série et reprennent des thèmes variés Jazz, Rock ou même Electro généralement reconnus pour leur qualité.
La composante la plus frappante de la saga Shin Megami Tensei est la complexité et la maturité de ses scénarios. Une composante religieuse est toujours très ancrée dans ceux ci à travers les thèmes de la réincarnation, de l'apocalypse et du Karma notamment, il est par ailleurs souvent question de lutter contre un dieu tyrannique. Un autre élément central de la série est l'alignement avec l’affrontement entre la Loi et le Chaos, le joueur pouvant tendre vers l'un ou l'autre tout comme rejeter les deux en abordant une troisième voie, celle de la Neutralité. Cet élément permet le développement de scénarios évolutifs aux fins variables en fonction de l'alignement suivi.

Gameplay

A l'origine, la série se base sur un concept de donjon RPG avec des combats au tour par tour et des déplacements en vue subjective. La particularité se trouve dans la construction de l'équipe de personnages jouables. Le joueur contrôle un héros humain qui se bat contre des démons, il peut recruter ces derniers pour les ajouter à son équipe et les faire combattre à ses côtés. L'humain comme les démons gagnent ensuite de l’expérience qui leur permettent de gagner des niveaux et différentes compétences utilisables en combat. Les démons sont par ailleurs sujets à des transformations et des fusions qui les rendent plus puissants. Un concept aujourd'hui bien connu puisqu'il a été popularisé par la suite avec la série Pokémon.
Ce gameplay de base est marqué par différentes subtilités qui se sont complexifiées avec les épisodes. Ainsi, le système de combat est principalement développé autour d'un principe de forces et faiblesses élémentaires permettant d'influer sur le nombre de tours de jeux des deux camps. Le recrutement des démons est centré autour d'un système de dialogues dans lesquels il faut convaincre le démon de rejoindre l'équipe en le provoquant, le flattant, le menaçant, le soudoyant etc... en fonction de son caractère. Une des particularité de la saga est de proposer une difficulté relevée avec notamment de nombreux combats contre des boss aux mécaniques parfois complexes. Les niveaux labyrinthiques truffés de pièges sont également récurrents tandis que le moindre démon de base peut être un ennemi mortel avec des sorts de status dévastateurs. Cette difficulté est accrue pour les plus perfectionnistes qui peuvent trouver du contenu en marge de l'histoire principale avec de nombreux boss optionnels qui requièrent généralement beaucoup de farm et d’optimisation pour en venir à bout. Les jeux proposent en outre une bonne jouabilité avec les différentes fins et les contenus additionnels proposés lors de New game +.
Même si la série propose ces différents éléments récurrent, il est toutefois difficile de ne retenir qu'un seul gameplay pour l'ensemble dans la mesure où chaque spin-off propose des particularités très fortes. A partir de ce rpg classique au tour par tour, la série a ainsi développé des épisodes centrés sur d'autres types de RPG. Ainsi la série Persona reprend un donjon rpg combiné à des éléments de visual novel, Devil Summoner propose un gameplay en temps réel type action RPG, Digital Devil Saga n’intègre pas le recrutement de démons mais une équipe fixe d'humains qui peut manger ces démons pour accroître ses pouvoirs, Devil Children proposent un design moins sombre à destination des enfants  alors que Devil Survivor lorgne du côté du Tactical RPG.

Dans l'avenir, la série nous réserve la sortie de plusieurs jeux avec entre autres le très attendu Persona 5, la version FINAL de Shin Megami Tensei IV ou encore le cross over annoncé depuis plusieurs années avec Fire Emblem.

Extensions modifier

Shin Megami Tensei - Imagine Online

Shin Megami Tensei - Imagine Online

Dans un univers post-apocalyptique inspiré de Tokyo, les derniers survivants luttent pour reconstruire une civilisation, en conciliant avec les démons qui envahissent la ville, hostiles ou alliés selon les circonstances.

Vidéos

0 vidéos de Shin Megami Tensei (série) ont été référencées.

Liens

Cet article est incomplet ou comporte des erreurs ? Partagez vos connaissances.

Cet article est sous licence libre Creative Commons paternité partage à l’identique.
Vous souhaitez le réutiliser ? Incluez un lien vers cette page et mentionnez la licence.