Pour jeune public anglophone

5/10
Voici un jeu que j’ai découvert par hasard et dont je me suis très rapidement lassé. Pas parce qu’il est mauvais, simplement parce que je ne fais pas partie du public cible. Mais comme personne n’a encore évalué ce jeu, je pense en avoir assez vu pour en donner un aperçu.

Donc, il faut savoir que le jeu est pensé pour les enfants. Le site mentionne que 60 % des joueurs auraient entre 13 et 24 ans, je suppose qu’une bonne partie des 40 % restants ont moins de 13 ans. Les dessins sont mignons, la page destinée à rassurer les parents est facile à trouver, et le gain d’expérience se bloque au bout de quelques heures jusqu’au lendemain afin que les petits ne passent pas trop de temps devant l’écran. Bien sûr, on ne trouvera aucun contenu choquant.
Le hic est que le jeu est uniquement en anglais. Cela réduit les joueurs potentiels parmi les lecteurs de JOL à… quelques collégiens ?

Et le contenu du jeu, me direz-vous ? J’avais mentionné des dessins : le jeu n’est ni en 3D ni en 2D, mais en images fixes. Les seules scènes animées sont les combats (au tour par tour). Le jeu n’est d’ailleurs pas un MMORPG, mais un jeu en flash qui se joue seul. Pour rencontrer une communauté, il faudra faire un tour du côté des forums, lesquels semblent principalement axés sur les stratégies et l’optimisation des personnages.

Le jeu tourne entièrement autour des combats (si l’on excepte le temps passé dans les boutiques ou à dérouler les dialogues des PNJ). Il n’a clairement pas la profondeur d’un MMORPG classique.
Lors d’un combat, on peut réaliser des attaques de trois types : mêlée, à distance ou magique. Ceci correspond aux trois classes disponibles à la création du personnage (guerrier, ranger ou magicien) , mais en fait chacun peut faire de tout s’il a acheté la bonne arme (ou sort). Quel que soit le type d’attaque, les dégâts dépendent de l’un des huit éléments. Bien sûr, chaque adversaire est plus ou moins vulnérable à tel type d’attaque et de dégâts. Et pour ne pas se tromper, il suffit de jeter un œil à sa description au début du combat.
Cela devient donc rapidement répétitif. Heureusement, le bestiaire est original.

Bien sûr, le jeu est pensé pour attirer le (jeune) joueur vers le contenu payant. On peut s’offrir un statut de « Gardien » , définitivement acquis, pour environ 20 dollars. Cela donne droit à plus de tout (de quêtes, de lieux accessibles, d’objets achetables…). Cela permet même de s’acheter une bonne conscience, vu qu’il est bien mis en avant que c’est grâce aux Gardiens que le contenu gratuit existe pour tous.
Sauf qu’à côté de cet achat unique, il existe également une monnaie (les Z-tokens) achetable en vrai argent, qui permet de s’offrir des armes spécifiques et même une maison dans le jeu. On peut aussi gagner des Z-tokens lors des combats, mais au compte-gouttes.
Comme d’habitude dans un « free to play » , on a affaire à un marché de dupes qui pousse à acheter du contenu plus cher qu’il ne vaut. Le joueur ne peut pas se comparer directement aux autres joueurs, cela diminue la pression à l’achat, c’est déjà ça.

Malgré mes remarques plutôt négatives, ce jeu conviendra sans doute à un jeune public anglophone (ou désireux de se perfectionner en anglais ? ) mais assez raisonnable pour résister aux sirènes des options payantes.
2 personnes ont trouvé cette critique utile. Et vous ?

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Adventure Quest Worlds ?

2 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (6 évaluations | 1 critique)
5,0 / 10 - Moyen

9 joliens y jouent, 26 y ont joué.