Asiya – Légendes de Taborea (suite)

L'odeur pénétrante de la mort était omniprésente dans les couloirs.
Un air nauséabond les entourait de plus en plus à mesure qu'ils s'aventuraient plus profondément dans les entrailles de la forteresse des Nagas. Ils avaient espéré pouvoir se faufiler discrètement dans cette place forte, en évitant ou neutralisant sans bruit les gardes. Ils s'étaient naturellement préparés à un véritable bain de sang si jamais leur intrusion était découverte, mais rien n'aurait su les préparer aux atrocités qu'ils croisaient.
Mais au-delà de l'horreur que pouvait leur inspirer le sort des Nagas, ils durent rapidement en arriver à une conclusion bien plus morose.
« Elle n'est pas là. »
La voix de Shareena résonnait partout dans les couloirs et elle ne put réprimer un frisson comme son murmure sonnait comme un hurlement dans le silence de mort qui les entourait. « Asiya ne peut pas être ici. »
Elle ne doit pas être ici.
Sam posa sa main sur son épaule pour la réconforter tout en cherchant lui-même un peu de réconfort dans ce contact. Pas à pas, ils avancèrent.
Silencieusement.
Furtivement.
Prudemment.
Ils continuaient d'avancer à pas de velours.
Pas après pas.
Un pied après l'autre.
Tout doucement.
Thal et Diloss formaient l'avant-garde, Shareena suivait avec Sam et les trois mercenaires de l'ordre des Gloires de l'Ombre fermaient la marche pour protéger leurs arrières en cas d'attaque surprise. Même si cette possibilité semblait fort peu probable maintenant. La gorge serrée, Shareena regardait les corps mutilés qui couvraient le sol, visiblement victimes d'un véritable massacre.
« C'est une véritable boucherie », grogna Diloss, pourtant familier des horreurs des champs de bataille. Le vaillant guerrier peinait à garder son équilibre sur ce sol recouvert de flaques de sang noirâtre et d'une bouillie d'entrailles déversées par les atroces blessures qui barraient les corps des Nagas. La chaleur du volcan chauffait la pierre sous leurs pieds et d'âpres vapeurs de mort remplissaient l'air.

Chaque inspiration était une véritable torture.
« Mais si Asiya n'est pas là, où est-elle alors ? » Un profond désespoir nourri de remords pesait sur le coeur de Sam. De la tristesse car il avait perdu son amante, mais aussi des remords car son coeur lui jouait des tours à mesure que son attirance pour une autre grandissait. Personne ne lui répondit.
« Où est Asiya ? »
Diloss s'essuya le front et observa les cadavres. « Quelqu'un s'est bien amusé ici, enfin si on peut appeler ça s'amuser ! », s'empressa-t-il d'ajouter, prenant conscience du regard interloqué de l'Elfe. « On leur a coupé les oreilles, les mains, les pieds. C'était plus qu'un simple combat. »
Thal enjamba le cadavre d'un Zurhidon qui gisait parmi les Nagas. Autrefois alliés dans leurs méfaits et maintenant alliés dans l'au-delà. « Non, c'était une leçon. Un message à l'attention de tous les autres Nagas et Zurhidons qui souhaiteraient s'engager dans la même voie. »
Le large couloir débouchait sur une spacieuse cour intérieure et le groupe retrouva l'air libre. Ici aussi la mort avait frappé sauvagement. Des ankylosaures, les bêtes de somme des Nagas, gisaient parmi les corps de leurs maîtres. Les premières mouches bourdonnaient déjà au-dessus des cadavres et se repaissaient de la chair des cadavres à mesure qu'elle pourrissait dans la chaleur étouffante de l'air.
Sam secoua la tête. Les corps des Zurhidons et des Nagas ne l'intéressaient pas. Il ne se souciait que d'Asiya et de rien d'autre. « Mais où est-elle, bon sang ? On sait que les Zurhidons et les Naga l'ont enlevée. Mais maintenant que cette piste est perdue, qu'est-ce qu'il nous reste ? »
« Sam ! » Shareena lui posa la main sur l'épaule. « Sam ! Nous la retrouverons. On va bien trouver une solution, un survivant, quelque chose pour nous guider ..."

Soudain Thal leva la main. L'Elfe était au bord d'une plateforme et regardait d'une mine pétrifiée en contrebas. Dans la cour intérieure de la forteresse, une structure étrange avait attiré son attention, et, bizarrement, elle rendait le terrifiant spectacle qu'ils avaient vu dans le reste du bastion presque anodin. Les compagnons s'approchèrent du bord de la plateforme et suivirent son regard.
« Par tous les dieux, qui a bien pu faire une chose pareille ? », laissa échapper Shareena. Diloss enleva son tricorne et passa sa main sur son crâne mal rasé, consterné.
A leurs pieds, un arbre de cadavres s'élevait vers le ciel. Ses branches avaient été créées avec les bras et les jambes pendant de cadavres attachés les uns aux autres à l'aide de lances et d'épées. Des dizaines de corps torturés, mutilés avaient été assemblés ensemble dans cette structure infernale.
La forme en semblait presque naturelle et lui donnait des airs de plante bizarroïde pointant ses feuilles et ses fleurs vers le ciel. Et chaque branche de l'arbre, composée de cadavres de Zurhidons et de Nagas empalés, suivait exactement le même modèle macabre.

Les yeux des morts s'étaient révulsés sous l'effet de la douleur. Les Nagas et les Zurhidons qui constituaient cette structure bizarre vivaient encore quand leurs corps étaient venus grossir cette oeuvre obscène. Le corps serpentin d'une Méduse faisait aussi partie du cortège de corps torturés et mutilés. Pas même une bête aussi féroce que cette maudite créature n'avait pu survivre face aux pouvoirs d'un ennemi bien plus puissant.
Les aventuriers se turent. Une peur muette s'était emparée d'eux et Jonesy cherchait en tremblant à se réfugier au creux de l'épaule de Shareena. La main de cette dernière vint caresser son petit compagnon pour le calmer et lui apporter un peu de chaleur et de réconfort.

Finalement, Thal eut un hochement de tête , comme si tout lui paraissait subitement limpide. Il ne regarda pas ses compagnons de route quand il dit : « J'ai bien peur de savoir ce qui se cache derrière tout ça, et de savoir où se trouve Asiya. »

Asiya – Légendes de Taborea
Sommaire :
  1. Asiya, le roman de RoM
  2. Asiya – Légendes de Taborea
  3. Asiya – Légendes de Taborea (suite)

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Runes of Magic ?

182 aiment, 62 pas.
Note moyenne : (260 évaluations | 47 critiques)
5,3 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Runes of Magic
(146 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

202 joliens y jouent, 634 y ont joué.