Wakfu, une utopie ?

Et en cas d'échec, le gouverneur s'expose aussi au mécontentement de ses administrés qui pourront s'expatrier sur une île plus accueillante, voire se montrer violents. Les gouverneurs malhonnêtes ou incompétents s'exposent aux risques de putsch. Les citoyens pourront prendre les armes et tenter de renverser le pouvoir en place par la force (via un système de prise de point de contrôle).
Si Reynald François entre peu dans le détail, les putschistes ayant renversé un gouverneur (qui perd alors son statut social) ne pourront vraisemblablement pas pour autant s'octroyer automatiquement le pouvoir. L'attribution du poste vaquant de gouverneur suppose de remplir quelques conditions : selon le lead game designer, seule une poignée de joueurs (de l'ordre de quelques dizaines sur un serveur de 25 000 personnes) remplieront les qualités nécessaires... Après le sang et les larmes du putsch, la diplomatie devra désigner un nouveau chef.

Quoiqu'il en soit, les tentatives de renversement d'un gouverneur servent de base aux affrontements PvP d'envergure dans Wakfu. « Nous tenons à ce que le PvP réponde à un objectif précis dans le jeu et ait un intérêt pour le joueur ; celui qui veut s'y intéresser peut le faire, les autres peuvent rester éloigner du PvP et cultiver leurs champs ». Les affrontements PvP sont surtout encadrés et justifiés par le gameplay du jeu.

Une utopie ?

Pour notre plus grand plaisir, les grands axes du gameplay de Wakfu rappellent les hautes heures du MMORPG. Au fil de la présentation, on se surprend par exemple à comparer certains pans de Wakfu avec des fonctionnalités que Richard Garriott avait imaginées pour Ultima Online et son univers cohérent. Alors que la tendance actuelle de la scène MMO va à la simplification, Wakfu joue la carte du retour aux sources.

C'est évidemment très enthousiasmant, mais on ne peut s'empêcher de s'interroger sur les chances de succès d'un tel titre. Car l'histoire plaide peu en faveur d'Ankama. Quand Richard Garriott imaginait déjà à la fin des années 90, un monde virtuel réaliste et une faune dynamique, il avait finalement dû y renoncer au cours du bêta-test d'Ultima Online à cause du comportement des joueurs. Et on a déjà vu des écosystèmes cohérents, des mécanismes politiques et économiques complexes ou encore des mondes virtuels immenses laissés aux mains des joueurs... Mais dans des jeux comme Ryzom, Thrones of Chaos ou Dark and Light. Autant de titres massivement multijoueurs dont on se souvient peu ou pour de mauvaises raisons.
On ne souhaite évidemment pas le même destin à Wakfu, mais force est de constater qu'un développeur de MMO n'a qu'une certitude : celle de ne jamais pouvoir totalement contrôler le comportement de joueurs. On peut alors se demander si les joueurs en question seront suffisamment nombreux pour faire fonctionner la machine « Wakfu » (et si Wakfu pourra cohabiter avec DOFUS) et une fois connectés, s'ils joueront le jeu du monde ouvert.

Interrogé à ce sujet, le lead game designer de Wakfu rappelle que son « jeu peut accueillir 25000 joueurs, soit environ cinq serveurs de Dofus... il suffit qu'une personne sur 10 s'intéresse à la vie de Wakfu pour faire fonctionner le monde convenablement ». Quant à Dofus, Ankama n'est manifestement pas prêt à le délaisser même pour se consacrer à Wakfu. « Les deux jeux n'ont pas forcément les mêmes cibles » et Dofus reste manifestement l'un des projets phare du développeur. « Nous avons récemment amélioré les graphismes de Dofus avec "Dofus 2.0" et une nouvelle extension, le Continent de Glace, est en préparation ».
Et de préciser que le comportement des joueurs fera l'objet d'une attention toute particulière. « Dofus a été riche d'enseignements, nous avons une certaine expérience du comportement des joueurs ; quand nous identifions un comportement qui se répète, nous adaptons le contenu ajouté régulièrement en conséquence ». C'est un « bac à sable pour les joueurs, mais pour nous aussi ».

Et il poursuit : « depuis quelques années, la scène MMO a beaucoup évolué, le jeu massivement multijoueur est entré dans les moeurs des joueurs, on peut se permettre plus de choses »... Comme par exemple d'associer MMO et série d'animation.

Précédent
Objet ludique non identifié

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Wakfu ?

84 aiment, 47 pas.
Note moyenne : (142 évaluations | 35 critiques)
5,5 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Wakfu
(73 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

477 joliens y jouent, 1033 y ont joué.