FJV 2007 : F4 et Neuf nous présentent le MMO Exalight

Dans les cités, les joueurs s'y côtoient, y trouvent des magasins pour équiper leur slider ou y créent leur propre écurie, la base du jeu en équipe. A l'image des guildes des MMORPG traditionnels, les écuries regroupent les joueurs souhaitant jouer ensemble ou s'affronter à plusieurs, par exemple dans le cadre de tournois. Comme le jeu lui-même, les écuries se veulent accessibles. Un joueur unique peut créer sa propre écurie pour ensuite y inviter d'autres joueurs.

On the road again...

Mais la base d'Exalight reste la course. A la sortie du jeu, quelque 18 de circuits devraient être disponibles, tous inspirés de l'identité graphique de l'une des trois factions, mais tous accessibles aux joueurs de tous les clans. Les circuits affichent évidemment des difficultés variables. Les uns se veulent accessibles à tout type de joueurs, les autres doivent opposer un vrai chalenge aux plus assidus. A terme (dans une extension après la sortie, par exemple), les équipes de F4 envisagent en outre la possibilité d'intégrer un éditeur de circuits afin de permettre aux joueurs de dessiner et partager leurs propres parcours...


Exalight, les cités


Exalight, Jawall

Une vingtaine de véhicules devraient être accessibles à chacun des trois peuples, ayant tous des capacités propres. Les véhicules légers devraient être rapides mais relativement fragiles et difficiles à maîtriser. Les engins lourds seront plus lents, mais bien plus résistants et aptes à écraser leurs adversaires pour s'imposer (idéals dans le cadre des modes de jeu s'adressant aux plus belliqueux). Juste intermédiaires, les Sliders moyens devraient permettre une prise en main aisée pour les joueurs plus novices (ils allient une certaine adhérences et facilité de conduite à un armement honorable).
Sur la ligne de départ, les huit véhicules qui vont s'affronter ont été choisis en fonction du niveau des joueurs afin de proposer toujours des courses équilibrées.

Mais dans Exalight, la vitesse sur un circuit n'est pas tout... Encore faut-il atteindre à la ligne d'arrivée.
Comme dans tout bon jeu de rôle (de courses) qui se respecte, les personnages disposent de points de vie et d'une barre d'Exalight. Sur les circuits, les concurrents qui discutaient aimablement en ville ne se font plus de cadeau et usent de tous les moyens pour finir en tête sur la ligne d'arrivée... même éliminer ses adversaires. Lorsque qu'un pilote n'a plus de point de vie, il meurt... et revient aussitôt sur la piste mais accuse nécessairement un certain retard sur ses adversaires. Et chaque faction peut compter pour s'imposer sur sa « capacité spéciale » (puisant dans la jauge d'Exalight du Slider) : les Jawal peuvent par exemple bloquer les commandes de conduite de leur adversaire pendant un instant. Surprise assurée dans un virage. Les affables Piro Piro ne prennent jamais le départ sans leurs tartes à la crème tueuses, à lancer sur les autres concurrents. Les Zhuu quant à eux, drainent les points de vie des autres compétiteurs...

Exalight, un partenariat entre Neuf Cegetel et le studio F4

Tel qu'il nous l'a été présenté lors du Festival du Jeu Vidéo, le gameplay d'Exalight semble avoir été pensé pour en faire un MMO « fun », facile et rapide à prendre en main pour tous les publics (sur le stand F4, on pouvait voir des joueurs de huit ans parcourir les circuits pied au plancher), lors de courtes sessions de jeu « durant sa pose déjeuner » par exemple (une course dure en moyenne trois minutes, pour finir les trois tours de circuits).


Exalight, FJV 2007


Exalight, F4

On comprend mieux ce parti pris au regard des origines du projet. Actuellement en phase de « pré bêta-test », Exalight est en développement depuis début 2006, dans le cadre d'un partenariat qui remonte à fin 2005 entre le studio F4 et Neuf Cegetel, premier fournisseur d'accès à Internet (FAI) alternatif en France après Orange avec trois millions d'abonnés.
Il y a deux ans, à l'origine du projet, Neuf Cegetel nourrissait l'ambition de proposer des « loisirs interactifs » à ses abonnés, sans s'être nécessairement arrêté sur le développement de jeux. Renseignements pris auprès des intéressés, il apparaît que le studio F4 et Neuf ont eu des dirigeants communs. C'est donc presque naturellement que le FAI s'est tourné vers le studio F4 (totalement inconnu à l'époque) pour matérialiser ses projets ludiques et inversement, que F4 s'est adressé à Neuf pour éditer son titre, bien loin des sphères traditionnelles du jeu vidéo. La démarche se veut novatrice. Pour la première fois en Europe, un fournisseur d'accès est à l'origine d'une création vidéo ludique intégrale, totalement française (même si des visées plus internationales pour Exalight ne sont pas exclues à ce jour au gré des opportunités). GOA avait ouvert la voie avec la Quatrième Prophétie en 2001, mais en obtenant les droits d'un jeu déjà développé par un tiers. Neuf entend participer au projet de A à Z, revendique la notion de « partenariat » qui anime le projet et « la rencontre de deux métiers » qui unie les deux entités. Chaque acteur « apporte son savoir-faire » spécifique : en matière de jeu vidéo pour F4, de gestion de réseau et de fournitures de services pour Neuf. [...]

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Exalight Reloaded ?

25 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (32 évaluations | 5 critiques)
4,8 / 10 - Moyen

22 joliens y jouent, 87 y ont joué.