Entre « buzz » et « Eating bees » (#4)

Sans que l'on sache si le projet était prévu de longue date ou s'il a été inspiré par Funcom, Wizards of the Coast a également profité du mois de mai pour organiser un jeu de pistes annonçant les prochaines sorties de l'éditeur (entre autres) de jeux de cartes en ligne, Magic the Gathering Online en tête auprès des joueurs.
Les rédactions de plusieurs magasines américains ont en effet eu la surprise de recevoir... un petit cerveau en plastique frappé d'une série de lettres énigmatiques. Une fois l'anagramme reconstituée, le « joueur » découvrait l'identité d'un certain Gleemax (une entité prenant la forme d'un cerveau censé contrôler en secret le département R&D de Wizards of the Coast et bénéficiant de sa propre entrée dans Wikipédia) et une adresse e-mail à contacter. Les réponses renvoyées conduisent tout droit à un site énigmatique réclamant certaines images... Peut-être un peu moins perspicaces que les joueurs de Funcom (ou face à une énigme un peu plus absconse), à l'heure où nous écrivons ces lignes, le mystère de Magic Online n'a pas encore été percé... et certains doutent même qu'il porte sur le jeu de cartes en ligne des Magiciens de la Côte.

Quoiqu'il en soit, dans un cas comme dans l'autre, les éditeurs de jeux en ligne jouent à fond la double carte ludique et communautaire. Il suffit d'une impulsion modeste et habile offerte aux joueurs pour les enflammer et s'assurer une promotion à bon compte ayant sans doute le mérite d'encadrer les communautés et d'éviter les débordements intempestifs.

Quelques mots de conclusion...

A l'heure où les MMORPG sortent du secteur de niche dans lequel ils sont cantonnés depuis une dizaine d'années, où les plus grands éditeurs (ayant de gros moyens) investissent ce marché, la gestion des communautés qui gouvernent les mondes virtuels devient un enjeu de plus en plus incontournable.
Ces communautés sont clairement identifiées, on connaît leur composition avec précision, il devient alors possible de s'adresser aux joueurs, de communiquer avec eux afin d'entretenir un certain bruit médiatique autour de la vie des MMORPG. Il s'agit manifestement pour les éditeurs d'éviter que le « Buzz » (le bruit médiatique semblable à un bourdonnement incessant) autour de leurs produits ne devienne celui de la mouche du coche ou d'une « Eating Bee » (littéralement, l'abeille que l'on avale par inadvertance et qui est toujours susceptible de piquer) pouvant se retourner contre lui...

Et à ce petit jeu, il apparaît que « jouer avec les communautés » est sans conteste payant. Gageons qu'à l'avenir, la communication directe avec les joueurs pourrait être relégué au second plan, au profit d'un marketing plus enrobé et peut-être plus amusant aussi pour les joueurs.

Réactions (20)


  • En chargement...