Le rôle de Linden Lab

Enseignement et information

Peut-être plus sérieux, on trouve également moult lieux d'apprentissage et d'information dans Second Life. Uniquement à titre d'exemple, le « Campus Second Life », faisant figure d'Université officielle du monde virtuel a ouvert la voie de l'enseignement numérique. Rapidement, les bloggers de Terra Nova (blog américain dédié à l'observation des nouveaux espaces numériques et organisateur chaque année du « State of Play » en partenariat avec les universités de droit de Yale et d'Harvard) ont fondé le « Harvard LAW School's Austin Hall » dans lequel il est possible de suivre notamment des cours de droits, prodigués par Charlie Nesson, professeur d'Harvard.
Des universités américaines réelles sont officiellement implantées dans Second Life. On y prodigue régulièrement des cours de marketing, sur les nouveaux médias (New Media Consortium Campus) ou encore de physique / chimie (Linden Lab proposant des outils pédagogiques aux professeurs et des accès à des tarifs privilégiés aux étudiants).

Chantre de la culture libertaire du Web « nouvelle génération », Second Life est aussi un lieu de débat. Les régions telles que « Democracy Island » ou « Neufreistadt » (une cité d'inspiration bavaroise) sont connues pour leurs débats sur la démocratie.
Au même titre que des particuliers utilisent quotidiennement Internet pour communiquer leur passion au reste du monde via un site ou un blog, les résidents de Second Life utilisent les outils du programme pour partager leurs centres d'intérêt et connaissances dans un univers en 3D. Certaines « îles » sont devenues célèbres.
C'est le cas par exemple du « Planétarium d'Aimee Webber », traitant notamment du climat et permettant de découvrir des modélisations d'éclipses du soleil par exemple. Plus sombre, « Svarga » apparaît comme une simulation d'un écosystème vivant et autonome, où l'on peut volontiers se perdre. Autre exemple sans doute significatif, « Spaceport Alpaha » se veut un musée de l'aérospatial ouvert aux curieux.

Contenu pour adulte

Reposant sur une base inspirée du réel mais dans un contexte irréel, Second Life devient un univers particulièrement permissif et débridé. On y trouve donc également, dans les bas fonds virtuels de Second Life, de nombreux espaces réservés aux adultes (clubs et autres plages privées).
Véritables lieux de rencontres, ces espaces « matures » sont le théâtre de discussions parfois grivoises ou érotiques. En outre, les résidents de Second Life ayant la possibilité de créer et partager leurs créations, certains ont par exemple imaginé des apparences ou animations particulièrement explicites pour leurs avatars.

b. Le rôle de Linden Lab (peu interventionniste)

Second Life ayant notamment pour objet de servir de support créatif pour les résidents, le développeur américain Linden Lab se refuse à être dirigiste et se révèle très peu interventionniste. Une grande autonomie est laissée aux utilisateurs.
Ainsi, le champ d'intervention de Linden Lab (les pouvoirs régaliens de Linden Lab ?) se limite à la protection des utilisateurs (un rôle de modération) et à la gestion monétaire de l'univers virtuel.

Protection des utilisateurs : Second Life Abuse Team

Comme la plupart de ses homologues, Linden Lab a mis en place un mécanisme de signalement et de modération du contenu diffusé sur ses serveurs. La « Second Life Abuse Team » est chargée de faire appliquer la charte d'utilisation de Linden Lab.
A des fins pédagogiques, chaque « intervention disciplinaire » est publique. Sans nommer « l'accusé » qui subit la sanction (avertissement, suspension temporaire ou définitive), le comportement reproché est systématiquement reporté sur le site officiel.

Parmi les « infractions » récurrentes, on trouve par exemple des troubles à l'ordre public (l'usage d'armes à feu - virtuelles - dans des lieux interdits) n'ayant d'impact que dans l'univers numérique, mais aussi des infractions plus concrètes et matérielles comme le non respect de la vie privée d'utilisateurs, des cas de violation de propriété intellectuelle ou du droit des marques (Linden Lab s'est engagé à respecter et faire respecter le « Digital Millennium Copyright Act » américain).
Et bien qu'étant un programme en principe réservé à un public majeur, Linden Lab sanctionne également les « propos et noms obscènes » (sans pour autant proposer de définitions de l'obscénité).

On pourra souligner que la « Second Life Abuse Team » exclut systématiquement les utilisateurs mineurs, fréquentant Second Life. Ils sont redirigés vers Teen Second Life, la version réservée aux adolescents du programme. Seuls les « adultes autorisés » y ont accès, parmi lesquels l'équipe de développement de Linden Lab et les modérateurs de Teen Second Life.
Cette version se veut plus sûre. Elle n'est accessible que sur abonnement payant (Linden Lab considère l'accès gratuit comme trop permissif et l'accès au programme doit être ouvert par les parents du mineurs). Outre un système de modération en ligne, Teen Second Life inclut un support téléphonique (qui n'existe pas dans la version pour adulte), devant être plus réactif. Le Teen Second Life revendique par ailleurs une vocation éducative. L'équipe de modération et d'animation de cette version pour mineurs est officiellement composée d'enseignants. Néanmoins, à ce jour, Teen Second Life ne semble pas rencontrer le succès populaire de son aîné.

Gestion monétaire (parité monétaire)

Le second (et principal ?) champ d'action de Linden Lab repose sur la gestion monétaire de son univers. Le Linden dollar et le dollar américain étant librement convertibles, il convient de s'assurer de la valeur du premier au regard du second et éviter une inflation trop galopante. Aujourd'hui, environ 273 L$ valent un US$ sur les marchés officiels.

Chaque utilisateur payant (compte « premium ») perçoit une rente hebdomadaire en Linden Dollars. Et chaque utilisateur non payant (compte « basic ») touche une « prime d'installation » de quelques centaines de Linden Dollars à la création de son compte (pour peu que l'utilisateur ait enregistré son numéro de carte bancaire à la création du compte). Pour éviter que cet afflux monétaire ne déstabilise l'économie de Second Life (et la création monétaire est particulièrement importante actuellement compte tenu de l'engouement récent pour Second Life), Linden Lab revoit le montant des rentes à la baisse et le coût des charges à la hausse.
Longtemps fixée à 500 L$, la rente hebdomadaire est passée à 400 L$ le 1er juillet 2006, puis à 300 L$ par semaine, depuis le 1er novembre 2006. De même, le prix d'achat d'une île privée a augmenté pour passer de 1295 L$ à 1675 L$ actuellement. Le coût de leurentretien est passé de 195 L$ par mois à un coût mensuel de 295 L$ à compter de novembre 2006. Il apparaît que les utilisateurs « payants » financent l'arrivée des nombreux nouveaux venus (comptes gratuits). Malgré un déséquilibre flagrant (36 000 résidents payants pour 800 000 utilisateurs actifs non payants), Linden Lab compte sur l'attractivité (notamment financière) de son produit pour convertir les « utilisateurs gratuits » en « utilisateurs payants ».

Le soin tout particulier que porte Linden Lab à l'économie s'explique notamment par la place prépondérante de la sphère marchande dans Second Life.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Second Life ?

322 aiment, 101 pas.
Note moyenne : (442 évaluations | 20 critiques)
5,4 / 10 - Moyen
Evaluation détaillée de Second Life
(160 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

749 joliens y jouent, 1026 y ont joué.