Crytek annonce le Crycash, sa crypto-monnaie à destination des joueurs

Les crypto-monnaies intéressent manifestement de plus en plus de développeurs de jeux en ligne et Crytek s'associe à la start-up Crycash pour émettre une crypto-monnaie à destination des joueurs (de Warface).

Sous l'impulsion du BitCoin (et ses variation de valeurs vertigineuses), les crypto-monnaies suscitent actuellement une attention significative, tantôt de la part des technophiles curieux, tantôt de celle des spéculateurs en quête d'investissements lucratifs -- mais aussi l'attention des développeurs qui voient l'occasion de créer leur propre crypto-monnaie, afin de peut-être s'arroger leur part du gâteau.
C'est manifestement le cas de Crytek qui s'associe à la start-up Crycash (Faruk Yerli, cofondateur de Crytek et Michael Khaimzon, directeur créatif de Warface siège au conseil de la start-up) : à partir de demain 12 décembre, le duo émettra les premiers « Crycashs » (ciglé CRC), une crypto-monnaie à destination des joueurs et qui sera proposé à raison de 1 Crycash pour 0.001 Ethereums (cette autre crypto-monnaie qui s'échange actuellement à un peu moins de 400 dollars), avec un bonus de 15% de Crycash aux acquéreurs au cours des cinq premiers jours d'émission et 20% supplémentaires pour toute transaction d'une valeur supérieure à 200 Ethereums.

Crytek annonce le Crycash, sa crypto-monnaie à destination des joueurs

Mais quelle est la vocation du Crycash ? Attirer et fidéliser les joueurs. Selon Crytek, en lieu et place des traditionnelles pièces d'or et autres objets magiques que les joueurs remportent traditionnellement dans les jeux, ils pourraient être récompensés en Crycash, en fonction des objectifs atteints in-game (listés dans une application smartphone, Plink, associée à la crypto-monnaie). Selon le studio, les développeurs de jeu dépensent des sommes importantes en marketing pour « acquérir » des joueurs, mais « la valeur » de ces joueurs est difficile à déterminer : en « payant » les joueurs en fonction de leurs réalisations in-game (plus ou moins ambitieuses), le studio a la certitude que ces joueurs se sont effectivement investis dans le jeu.
Et évidemment, le développeur n'entend pas seulement distribuer des Crycash à ces joueurs. Il entend aussi en faire un outil promotionnel au sein d'un écosystème plus global : le Crycash pourrait être utilisé pour débloquer des options en jeu, ou par exemple pour encourager les joueurs à parier sur des compétitions d'e-sport, voire rétribuer les compétiteurs.
Selon Crytek, la version turque de Warface (le shooter du studio) pourrait être le premier jeu à intégrer ce système de Crycash, mais le mécanisme a vocation à être proposé aussi aux développeurs tiers qui souhaiteraient y souscrire.

On sait que dans la jungle hautement spéculative des crypto-monnaies, nombre de coins ont simplement vocation à disparaitre, faute de valeur ou de réel intérêt technologique. Dans ce contexte, il est évidemment difficile de prédire si le Crycash peut parvenir à se démarquer et pérenniser son activité (a fortiori quand on rappelle que Crytek est en difficulté financière, au point que certains de ses salariés n'étaient plus payés et que plusieurs de ses bureaux ont fermé au cours des derniers mois).
Pour autant, quand bien même Valve annonçait récemment ne plus accepter le BitCoin comme mode de paiement sur Steam du fait de la trop grande volatilité de la monnaie, les crypto-monnaies intéressent manifestement de plus en plus de développeurs de jeux (essentiellement indépendants) et, à terme, certaines de ses monnaies pourraient être amenés à trouver leur place dans les écosystèmes (plateformes) vidéo-ludiques.

Réactions (14)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Crytek ?

13 aiment, 10 pas.
Note moyenne : (23 évaluations)
5,5 / 10 - Assez bien