Le ministre de la justice belge prend position contre les loot boxes - MàJ

Les loot boxes n'en finissent pas de faire polémique et après le parlement britannique, le ministre belge de la justice prend position contre le modèle économique laissant trop de place à l'aléa. Il entend défendre son point de vue à l'échelle européenne.

Le ministre de la justice belge prend position contre les loot boxes - MàJ

La question du régime juridique des loot boxes (ces coffres proposés à la vente dans les jeux dont le contenu est aléatoire) fait débat depuis maintenant plusieurs semaines : pour les uns, il faudrait y voir une dimension ludique (l'aléa du contenu contribue au plaisir de la découverte), pour les autres, il faudrait les assimiler aux loteries et jeux d'argent dont les mécanismes sont similaires.
Si les autorités de classifications des jeux (notamment l'ESRB aux Etats-Unis et PEGI en Europe) se sont prononcées sur le principe, les joueurs se saisissent très concrètement de la question depuis quelques semaines, pour contester vertement ce modèle économique sur les réseaux sociaux et jusqu'à faire plier certains éditeurs (comme Electronic Arts qui retirait temporairement le système de loot boxes de Star Wars Battlefront II -- autant sous la pression des joueurs et que de Disney, titulaire de la licence, qui s'émeut de cette mauvaise publicité).

Le sujet fait quoi qu'il en soit suffisamment de bruit pour arriver aux oreilles des pouvoirs publics, dans plusieurs pays d'Europe. Après le parlement britannique, la Belgique se saisissait de la question la semaine dernière et les autorités locales rendent un premier verdict : le ministre de la justice belge, dont les propos sont rapportés par la presse belge, se prononce contre les loot boxes.
Selon le ministre, « mélanger jeu d'argent et jeu vidéo, plus spécifiquement à destination des jeunes joueurs, est dangereux pour la santé mentale des enfants » et la Kansspelcommissie, la Commission des jeux de hasard belge entend étudier ce modèle « mêlant argent et addiction » afin de déterminer s'il doit être considéré comme un jeu d'argent. Au-delà du constat, le ministre belge souhaite réguler le modèle des loot boxes et mener son action à l'échelle européenne.
Parallèlement, en France, une démarche similaire s'enclenche notamment à l'initiative du sénateur PS Jérôme Durain, qui indique avoir adressé un courrier à Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État au numérique, et à l'Arjel, l'Autorité de régulation des jeux d'argent en ligne, afin qu'ils précisent le régime juridique des loot boxes.

On sait que le temps politique est un temps long et qu'une éventuelle régulation des loot boxes nécessitera du temps. D'ici là, les joueurs pourraient d'ores et déjà prendre leur responsabilité puisque les premiers chiffres de vente de la version physique de Star Wars Battlefront II, au coeur de la polémique, sont inférieur de 60% à ceux du premier opus. On sera curieux de découvrir les chiffres globaux d'ici quelques semaines.

Mise à jour : si le ministre belge de la justice affirme effectivement vouloir lutter contre le principe des loot boxes et mener son action à une échelle européenne, contrairement à ce que nous indiquions, Etienne Marique (le président de la Commission des jeux de hasard en Belgique) se montre moins catégorique et précise à la presse belge ne pas encore avoir arrêté de conclusion définitive sur le régime juridique des loot boxes. A cette heure, seule une note (en néerlandais) a été publiée sur la question. L'article a été modifié en conséquence.

Réactions (35)


  • En chargement...