Retour sur The International 2017 : le top 8

The International s'est achevé il y a une semaine. Nous poursuivons le tour des équipes en finissant par celles qui ont dominé le tournoi, se plaçant dans le top 8.

Dix-huit équipes sur la ligne de départ, de moins en moins nombreuses au fur et à mesure de l'avancée de la compétition : The International est un tournoi rude, dans lequel on est plus souvent déçu que vainqueur. Nous revenons ici sur le top 8 de TI7, en détaillant de plus en plus au fur et à mesure que l'on monte dans le classement.

Cliquez sur les logos pour retrouver les articles de présentation parus avant le tournoi.

Article précédent : retour sur les dix derniers de The International.

 

Belles réussites et succès en demi-teinte

Les places 5 à 8 sont assez contrastées : il y a ceux qui sont soulagés de ne pas avoir fait pire, ceux qui auraient voulu faire mieux et ceux pour qui être là était inespéré.

Pour sa deuxième année d'existence, OG avait évidemment été invitée à TI7, forte de ses deux nouvelles victoires dans un Major Valve. La question était de savoir si elle ferait mieux que l'année dernière où un très décevant top 12 avait terni une saison jusque-là brillante. La phase de groupe (groupe B) a bien démarré mais, les jours passant, OG a rencontré de plus en plus de difficultés et s'est mise à décrocher au classement... pour finir en cinquième position le dernier jour. Elle a alors obtenu le statut peu enviable de seule équipe directement invitée au tournoi qui a abordé le Main Event en Lower Bracket. Elle a cependant réussi à éviter le pire en battant Infamous en Bo1, puis TnC en Bo3 (la même équipe qui l'avait éliminée au même stade l'année précédente). OG a ainsi accédé au top 8 avant d'être battue par LGD. Ce résultat est à la fois un soulagement et une déception. Tout au long du tournoi, l'équipe européenne a eu du mal à fonctionner, avec toujours un maillon faible dans l'équipe (selon les parties, n0tail, Ana et même s4). De ce fait, OG a déjà annoncé le départ d'Ana, régulièrement pointé du doigt tout au long de l'année.

L'autre équipe du top 8 présente un profil entièrement différent : la Team Empire, qualifiée pour la zone CIS, a dû faire face au dernier moment à l'absence de son carry Chappie, remplacé in extremis par Resolut1on. Il paraissait totalement improbable qu'une équipe sans réel teamplay ni entraînement puisse s'en sortir. En effet, le groupe A a été assez difficile : Empire ne pouvait jouer qu'un vague 4+1, avec quatre joueurs cherchant à créer un maximum d'espace pour que Resolut1on puisse carry à la fin, avec des parties étirées en longueur. L'équipe russe a ensuite eu la chance de tomber contre une équipe Clown 9 en plein délire, ce qui lui a donné l'élan nécessaire pour briser le lendemain Evil Geniuses, dont le moral était dans les chaussettes. On a senti lors du Main Event la Team Empire changer, gagner en solidité et en cohésion et trouver un style qui fonctionne. Evidemment, deux jours plus tard, Team Liquid a rappelé l'équipe CIS à la réalité en éliminant sèchement Empire. Il n'empêche : un top 8 s'apparente à un miracle et montre bien qu'à TI, tout peut arriver.

De son côté, Invictus Gaming a clairement réussi son tournoi. Invitée d'office pour sa victoire au DAC 2017 et pour son top 4 au Major de Kiev, l'équipe dont BurNIng était la figure de proue n'a plus fait grand chose par la suite. Dans le groupe B, iG a fait ce qu'il fallait pour passer en Upper Bracket : très peu de défaites, beaucoup de matchs nuls contre les concurrents forts et des victoires contre les équipes faibles. Opposée à Team Liquid pour le premier match du Main Event, elle renverse tous les pronostics en remportant son match 2 à 1, ce qui la propulse d'emblée dans le top 6. Elle a également tenu tête honorablement à Newbee au tour suivant, avant de s'effondrer contre LGD. Ce dernier match a peu d'importance : Invictus Gaming se place dans le top 6, ce qui reste un très bon résultat pour une line-up qui pouvait paraître en perte de vitesse.

Deuxième équipe à se placer dans le top 6, les Russes de Virtus Pro peuvent aussi s'estimer satisfaits. Comme iG, VP a su faire le nécessaire dans le Groupstage (une victoire contre OG contrebalance les matchs nuls contre Xctn et Cloud 9). Passée en Upper Bracket, elle bat violemment LGD, avant d'être à son tour envoyée en Lower Dracket par LGD.FY. Elle a ensuite posé de grosses difficultés à Team Liquid (VP s'est défendue avec ardeur). Certes, VP rêvait peut-être de davantage après leur finale au Major de Kiev et leur victoire au Summit 7, mais il n'y a pas à rougir du parcours réalisé. On pourra seulement regretter que les Russes n'aient pas tenté de diversifier davantage leurs stratégies en s'appuyant sur leur expérience du DOTA Summit 7.

 

Les Chinois dominants

Le top 4 est dominé par les équipes chinoises, comme en 2012 et 2015. D'ailleurs, pour la première fois de l'histoire de The International, deux équipes chinoises se sont affrontées en finale de l'Upper Bracket - la seule équipe occidentale de ce top 4 a donc dû remonter largement le Lower Bracket.

LGD : encore un bon TI... sans victoire

On retrouve LGD en quatrième position. La structure LGD est habituée à se placer correctement à TI, mais on relèvera qu'aucune équipe LGD n'a encore remporté le titre suprême. Qualifiée haut la main pour la région Chine, LGD avait montré quelques semaines avant TI7 toute sa force dans la Mars Dota League 2017, remportée devant LFY et Newbee. Les résultats dans le groupe A ont été bons, même si une défaite contre iG.Vitality a fait rater à LGD la première place. En revanche Virtus Pro a sévèrement battu l'équipe chinoise en Upper Bracket. Qu'à cela ne tienne, LGD a entamé une convaincante remontée du Lower Bracket, éliminant successivement Digital Chaos, OG puis Invictus Gaming (des trois, seule OG s'est révélée un peu coriace). Il a fallu croiser la route de Team Liquid pour mettre fin (brutalement) à l'espoir de victoire de Maybe. Dans l'absolu, ce top 4 est un excellent résultat, mais, sans aucun doute, les joueurs en auraient voulu plus.

LGD.Forever Young : la révélation du tournoi

Autre équipe de la structure LGD, LGD.Forever Young ou LFY a sans doute été la grande découverte de ce tournoi. Certes, l'équipe existait depuis le début de la saison, mais elle n'avait guère percé dans les tournois internationaux, hormis la MDL 2017. Avec un style hargneux mais discipliné, explosif mais maîtrisé, LFY a nettement dominé le groupe B, se permettant même des expérimentations une fois la première place assurée. Elle a ensuite défait TnC puis Virtus Pro, avant de tomber sur un os de taille : Newbee. La finale de l'Upper Bracket a été serrée, tout comme la finale du Lower Bracket le lendemain contre Team Liquid. Dans les deux cas, LFY a montré qu'elle était un adversaire de talent et il n'aurait pas été étonnant de la retrouver en grande finale. Le position 4 Ahfu et le carry Monet font partie des révélations de la compétition, tandis que l'offlaner Inflame a enfin eu l'occasion de faire ses preuves.

Newbee : l'incarnation du choke

Newbee avait passé toute la saison au plus haut niveau mais, on le sait, avait presque toujours fini par s'effondrer dans les tournois internationaux. Cela avait été le cas dans de nombreuses finales et lors des Majors (avec des éliminations au premier tour). Newbee a été fidèle à elle-même dans ce tournoi, réussissant bien dans le groupe B. Elle a ensuite déployé un jeu très solide, très construit et stratégique, celui qui est sa marque depuis près de deux ans, et a ainsi dominé le Winner Bracket - en battant de manière convaincante EG, iG puis LFY, prouvant qu'elle reste la meilleure équipe de la Chine.

Malheureusement, il est probable que l'on ne retienne de ce beau parcours à The International, qui mène cette équipe en finale, que l'ultime match contre Team Liquid. Newbee y a totalement perdu ses moyens et, à grands renforts de choix dramatiques, a fait ce qu'elle a le mieux réussi tout au long de la saison : elle s'est effondrée sur elle-même. Si elle avait dû affronter LFY, le résultat aurait pu être tout autre - elle n'avait pas la moindre chance contre Team Liquid et, de ce fait, le duel a viré au tragique, sinon au pathétique. Sic transit gloria mundi.

 

Team Liquid, la belle histoire de TI7

Les vainqueurs d'un International sont, assez logiquement, ceux que l'on garde le mieux en mémoire des années après en repensant au tournoi. Dans le cas de la Team Liquid en 2017, il y aura de quoi se rappeler.

L'équipe a bien débuté son tournoi, sans pour autant faire un départ flamboyant : dans le groupe A, LGD semble plus forte sur les premiers jours, tandis que LGD.Forever Young écrase littéralement le groupe B. Liquid termine sur la première place du groupe A, mais a concédé des matchs nuls aux trois équipes suivantes (LGD, EG et TnC).

Le match d'ouverture du Main Event contre iG aurait pu être une promenade de santé, il est au contraire une catastrophe. Liquid est dépassée, MinD_ControL passe notamment à côté du Bo3. La chute en Lower Bracket est totalement inattendue et, sur le coup, est probablement dure à encaisser.

Team Liquid va cependant rebondir de belle manière, ce qui n'est pas si courant à The International. Elle bat les uns après les autres ses adversaires du Lower Bracket, ce qui permet à la fois de gonfler peu à peu son moral et de montrer aux équipes suivantes qu'il faut faire face à de nombreuses menaces entre lesquelles elles devront choisir. L'ordre dans lequel Liquid affronte les équipes sur son chemin est sans aucun doute déterminant, car il lui permet de monter en puissance de manière continue, sans saut qualitatif trop grand.

Après avoir éliminé Team Secret, Team Empire, Virtus Pro et LGD, Liquid aborde le dernier jour de la compétition en position de force. Elle se retrouve face à son adversaire le plus coriace, LGD.Forever Young, qui lui pose d'ailleurs des difficultés. La finale Lower Bracket est particulièrement intense - elle oblige Liquid à faire appel à toutes ses ressources et à toutes ses stratégies, y compris les moins avouables.

Une fois LFY battue, Newbee est un adversaire plus qu'à la portée des Européens : la différence sur le plan moral et mental est énorme entre les deux équipes, davantage que sur le plan technique. Dans la deuxième puis dans la troisième manche, ce sont des choix catastrophiques (forcer Roshan sans vision et sans être en supériorité numérique) qui expliquent la défaite de Newbee pourtant dominante dans les premières phases de ces deux parties.

L'ascendant est cependant pris par Liquid dès le draft puisqu'elle oblige son adversaire à devoir choisir entre la peste et le choléra : il y a trop de dangers potentiels pour pouvoir les bannir tous en première phase, entre Io, Keeper of the Light, Earthshaker et Nature's Prophet. Team Liquid obtient donc forcément un de ces quatre héros et bloque les bans de Newbee. C'est un atout décisif qui n'est pas sans rappeler la victoire d'Evil Geniuses contre CDEC en 2015 (avec les bans forcés sur Techies ou Naga Siren).

De nombreuses choses resteront de la victoire de Team Liquid à TI7 - la remontée du Lower Bracket bien entendu, la première finale 3-0 d'un International, mais aussi les performances de chaque joueur, parmi lesquels trois peuvent être distingués particulièrement :

  • KuroKy, tout d'abord. Ce joueur ultra-expérimenté a participé à tous les Internationaux. Dans le paysage depuis DotA, il avait disputé (et perdu) la finale Na`Vi contre Alliance en 2013. Les années ne l'ont pas épargné, à grands coups de polémiques dans lesquelles il n'a pas toujours eu le bon rôle - à son départ de Na`Vi, de Team Secret. Capitaine ces deux dernières années de la Team Liquid, il a su montrer ses qualités de drafteur (indéniables sur cet International) mais aussi de leader, très loin d'un management dictatorial.
  • MinD_ControL, l'offlaner de Liquid, a joué un rôle important dans la victoire. Il a fait la différence avec de nombreux héros, en particulier avec son Nature's Prophet qui a contribué à mettre une grosse pression sur les lignes adverses en début de partie et qui a à l'occasion permis de gagner par du rat digne d'Alliance. Il a pourtant fallu attendre la fin du tournoi pour que ce danger immense soit clairement identifié par les équipes adverses. Les matchs perdus par Liquid sont souvent ceux où il est mort en boucle.
  • Gh enfin. Ce joueur très récemment entré dans le monde de la compétition de haut niveau s'est révélé être l'un des meilleurs supports position 4 au monde au cours du printemps 2017. Dans l'édition 2017 de The International, il a tout simplement été le meilleur. Capable de sortir des objets cruciaux dans un temps record (qu'il s'agisse de Blink Dagger sur Earthshaker ou de l'Aghanim's Scepter sur KotL), il a permis à son équipe d'écraser ses adversaires.
    Il n'a joué qu'une petite poignée de héros, puisque trente matchs sur trente-cinq le voient sur Earthshaker (13 fois), Keeper of the Light (7), Io (5) et Slardar (2), mais il les a joués excellemment. Cela a forcé les drafteurs adverses à le cibler en priorité dans la première phase de bans, libérant du même coup les héros de ses coéquipiers, selon un modèle comparable à Aui_2000 chez EG en 2015. Bref, Gh-god peut sans aucun doute être considéré comme le most valuable player de cet International 2017.

Cette actualité provient de notre univers Dota 2.

Réactions (315)


Que pensez-vous de Dota 2 ?

73 aiment, 19 pas.
Note moyenne : (94 évaluations | 4 critiques)
6,2 / 10 - Assez bien

209 joliens y jouent, 285 y ont joué.