Trendy Entertainment engage des poursuites contre Wildcard (ARK)

ARK: Survival Evolved est incontestablement l'un des succès commerciaux de ses dernières semaines. Mais le jeu a-t-il été conçu sur la base de technologies appartenant à Trendy Entertainment par un ancien salarié peu scrupuleux ? C'est ce qu'argue Trendy qui en appelle à la justice de Floride. 

Trendy Entertainment engage des poursuites contre Wildcard (ARK)

ARK: Survival Evolved, le jeu de survie du studio Wildcard, est incontestablement l’un des succès commerciaux de ces dernières semaines sur Steam. Le titre doit néanmoins faire face aujourd’hui aux poursuites du studio Trendy Entertainment, qui remet en question le processus de développement d’ARK : le jeu de survie aurait en effet été au moins partiellement réalisé sur la base de technologies conçues par d’anciens salariés de Trendy, transmises frauduleusement au studio Wildcard. Et Trendy porte l’affaire devant les tribunaux de Floride.

Les faits remontent quelques années en arrière et l’affaire, aussi nébuleuse que crapuleuse, tourne essentiellement autour de Jeremy Stieglitz. Initialement directeur technique et game designer chez Trendy Entertainment, il quittait le studio en 2014 (après des reproches récurrentes quant à ses méthodes de management confinant au harcèlement) dans le cadre d’un accord amiable assorti d’une clause de non concurrence lui interdisant de collaborer au développement de jeux concurrents pendant au moins un an et l’enjoignant à proposer ses éventuels projets à venir prioritairement aux investisseurs de son ancien studio.
Or, selon Trendy Entertainment, non seulement Jeremy Stieglitz aurait dès 2014 étroitement collaboré au développement d’ARK en violation de sa clause de non concurrence, mais aurait aussi tenté de débaucher certains de ses anciens collègues au profit de Wildcard (des échanges d’e-mails semblent en attester), en plus d’utiliser « des informations confidentielles, des créations et des secrets commerciaux [de Trendy] pour assurer le développement, puis le lancement d’ARK » (en référence à des technologies développées chez Trendy, mais qui auraient ensuite été indûment utilisées pour concevoir ARK), le tout en prenant soin de masquer ses actions -- Jeremy Stieglitz aurait donc sciemment agit en violation de ses obligations contractuelles.

ARK_SotFPoster_FINAL.jpg

L’affaire, rapportée en détails par Kotaku, se complique encore au regard de la longue histoire personnelle qui oppose Jeremy Stieglitz à Trendy Entertainment. En 2013, ses méthodes de gestion d’équipe étaient remises en cause (déjà dénoncées par Kotaku à l'époque) et Trendy le changeait alors d’affectation, le plaçant au sein d’une autre équipe. Quelques mois plus tard, en 2014, Jeremy Stieglitz dénonçait à son tour un climat délétère sur son lieu de travail et négociait son départ de Trendy.
Et s’il nie avoir rejoint le studio Wildcard suite à ce départ (concédant tout juste un rôle de « consultant occasionnel »), Trendy argue au contraire de son ancien salarié aurait joué un rôle déterminant et très actif dans le développement d’ARK, voire dans la création de Wildcard. Et de souligner que Jesse Rapczak (l’un des cofondateurs de Wildcard) est un ami d’enfance de Jeremy Stieglitz et que Susan Stieglitz, l’épouse de Jeremy, est aussi officiellement l’une des cofondatrices de Wildcard, mais sous son nom de jeune fille (Susan Browning) et alors même qu’elle est totalement étrangère à l’industrie du jeu (elle gère une entreprise de ventes de gâteaux). De quoi imaginer que Susan serve de prête-nom à son époux, faisant de Jeremy Stieglitz l’un des fondateurs de Wildcard et l'un des principaux artisans du développement d’ARK, sur la base de son travail initialement réalisé pour Trendy.
L’affaire est complexe et les juridictions saisies procèdent actuellement aux auditions des principaux protagonistes en attendant de trancher le différend -- dont on ignore encore les éventuels effets sur ARK (Trendy réclame notamment la cessation de l’exploitation du jeu et son retrait de la plateforme Steam). On retiendra quoiqu’il en soit que la jungle de l’industrie du jeu n’a rien à envier à celle de l’île des survivants d’ARK.

Réactions (21)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Wildcard ?

1 aime, 1 pas.
Note moyenne : (2 évaluations)
5,0 / 10 - Moyen