Funcom réclame du temps à ses créanciers

On savait la situation financière de Funcom précaire et peut-être plus qu'on ne l'imaginait. Le studio norvégien convoque ses porteurs d'obligations afin d'obtenir un délai supplémentaire d'un an pour rembourser ses emprunts obligataires.

On le constate depuis maintenant plusieurs trimestres, les finances de Funcom ne sont pas au beau fixe : le groupe norvégien accuse des pertes et vit à crédit -- on avait noté que le développeur compte l'équivalent 14 millions de dollars de dettes, dont le remboursement est échelonné dans les mois et années à venir.

Funcom réclame du temps à ses créanciers

Aujourd'hui, le groupe norvégien annonce convoquer ses porteurs d'obligations, qui ont donc contribué à financer Funcom, afin de mettre aux votes plusieurs résolutions visant notamment à repousser d'un an la date d'échéance de remboursement de leurs emprunts obligataires -- les porteurs d'obligations devaient initialement être remboursés le 22 décembre prochain, Funcom espère les convaincre de se montrer patient jusqu'au 15 décembre 2016 (même si Funcom se réserve le droit d'effectuer un remboursement anticipé si sa situation financière le permet), et à un coût moindre. Les obligataires du studio sont donc peu ou prou confrontés à un choix binaire : donner à Funcom une chance de redresser sa situation financière pour être remboursés l'année prochaine ou exiger un remboursement immédiat (si tant est que le studio en ait la capacité financière), au risque d'aggraver encore la situation économique de la société.
Et l'annonce est évidemment mal perçue par les investisseurs, puisque l'action de Funcom dévisse, pour perdre plus de 17% cet après-midi.

Au-delà de la situation financière du groupe qu'on savait déjà précaire, cette convocation est manifestement le signe qu'à ce jour, la société n'a trouvé ni nouvel investisseur, ni repreneur pour renflouer ses comptes -- on se souvient pourtant que Rui Casais, le nouveau CEO de Funcom, précisait voici quelques semaines avoir plusieurs pistes en la matière .
On sait néanmoins que Funcom compte sur une « nouvelle approche » pour trouver un second souffle, dont The Park se veut le premier exemple. On attend le jeu avant la fin du mois, reste à déterminer s'il n'arrive pas trop tard pour sauver le développeur.

Réactions (119)


Que pensez-vous de Funcom ?

38 aiment, 13 pas.
Note moyenne : (51 évaluations)
6,9 / 10 - Bien