Digital Extremes (Warframe) ouvre son capital à la Chine et... à l'industrie agro-alimentaire

Depuis l'été dernier, on évoque le rachat de Digital Extremes (le développeur de Warframe). Perfect World est bien l'un des acquéreurs, au côté de Sumpo Food, groupe chinois spécialisé dans le commerce de volailles manifestement séduit par le prochain jeu du studio.

Digital Extremes (Warframe) ouvre son capital à la Chine et... à l'industrie agro-alimentaire

On s'en souvient, en juillet dernier, les joueurs de Warframe remarquaient par hasard qu'une partie du capital de Digital Extremes (le studio de développement du shooter online) devait passer aux mains du groupe chinois Perfect World (Jade Dynasty, Neverwinter) -- et s'interrogeait au passage sur les conséquences de la transaction sur l'avenir du jeu. Le développeur ne communiquait pas sur le sujet... jusqu'à aujourd'hui.
On apprend très officiellement que Digital Extremes a donc cédé 61% de son capital (pour l'équivalent de 73,2 millions de dollars) à deux sociétés chinoises.

La première est effectivement le groupe Beijing Perfect World, par l'intermédiaire de l'une de ses filiales plus spécifiquement dédiée aux jeux en ligne, Perfect Online, qui s'offre 3% du capital du développeur de Warframe et les droits d'exploitation chinois de la version console du shooter (on note donc que Warframe fera carrière en Chine). La seconde est plus surprenante : Sumpo Food Holdings, qui détient dorénavant 58% du capital du développeur canadien. Un choix surprenant parce que Sumpo Food est un groupe de l'industrie agro-alimentaire chinoise, spécialisé dans le commerce du poulet.
De prime abord, la stratégie du groupe apparait relativement sibylline, mais on en trouve le détail dans les documents de cessions publiés suite à la transaction. Suite aux crises sanitaires ayant touché l'industrie aviaire chinoise, Sumpo Food s'est décidé à diversifier ses activités et à investir dans d'autres secteurs que l'industrie agro-alimentaire. Dont le jeu en ligne free-to-play jugé très porteur.
Là encore, les joueurs de Warframe auront sans doute de quoi s'interroger sur les conséquences de la transaction (on imagine que l'investisseur s'intéresse davantage à la rentabilité de son acquisition qu'aux enjeux ludiques du titre), mais ils noteront aussi dans les mêmes documents que Digital Extremes « développe actuellement un nouveau jeu free-to-play parallèlement à l'exploitation de Warframe ». De quoi compléter le catalogue du studio et contribuer à engraisser son chiffre d'affaires (qui atteignait 27 millions de dollars au dernier trimestre fiscal, pour 8,7 millions de bénéfice avant impôt).


  • En chargement...

Que pensez-vous de Digital Extremes Ltd. ?

2 aiment, 0 pas.
Note moyenne : (2 évaluations)
5,4 / 10 - Moyen