Crytek en difficulté financière ?

Le groupe Crytek, qui signe le CryEngine en plus de plusieurs jeux emblématiques, connaitrait des difficultés financières au point de l'exposer à la faillite. Si Avni Yerli juge ces allégations très exagérées, des repreneurs se manifesteraient déjà.

Le studio Crytek, qui signe notamment le CryEngine et s'impose comme l'un des principaux acteurs du développement de moteurs graphiques mais aussi de jeux vidéo, serait en crise au point de remettre en question la survie du studio. C'est ce que croit manifestement savoir le magazine allemand Gamestar.

Crytek en difficulté financière ?
me_junction01.jpg

Selon des « sources internes » (manifestement d'anciens salariés ; corroborés par des employés encore en poste mais commençant à prospecter chez la concurrence), Crytek connaitrait des difficultés financières. Le CryEngine, son moteur graphique, serait en perte de vitesse, peinant à rivaliser avec l'Unreal Engine 4 d'Epic Games (dont on préférerait le rendu) et le moteur Unity (dont on apprécie le côté low cost) et force est de constater que la plateforme de distribution en ligne de jeux du groupe, G-Face, est loin d'emporter l'adhésion des joueurs. Crytek souffrirait par ailleurs des coûts de développement de Ryse: Son of Rome, le titre destiné exclusivement à la Xbox One, qui fait étalage de ses qualités graphiques (on se souvient que l'année dernière, le jeu devait illustrer les capacités techniques de la console de Microsoft) mais s'avère aussi un gouffre financier et qui ne susciterait pas l'engouement escompté auprès des joueurs.
Et toujours selon Gamestar, la situation précaire de Crytek attiserait déjà l'appétit de la concurrence. Dans l'hypothèse d'une faillite, le Biélorusse Wargaming (World of Tanks, World of Warplanes) se montrerait déjà prêt à reprendre les actifs de Crytek.

De son côté, selon Avni Yerli (l'un des fondateurs de Crytek et dont les propos sont également rapportés par Gamestar), ces allégations seraient « très exagérées ». Si l'on note qu'il ne dément manifestement pas les difficultés financières de son studio, il indiquerait aussi être sur le point de trouver un accord avec des investisseurs susceptibles d'injecter des liquidités dans le studio afin que le groupe (qui compte 900 salariés et pléthore de studios dans le monde, portant de nombreux projets dont les récents Arena of Fate et Hunt : Horrors of the Gilded Age) surmonte cette mauvaise passe -- même si la mauvaise publicité dont souffre Crytek actuellement ne contribuera sans doute pas à redonner confiance aux développeurs de jeux hésitant entre le CryEngine et la concurrence.

Merci à Thotor pour nous avoir signalé cette info !

Réactions (14)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Crytek ?

10 aiment, 9 pas.
Note moyenne : (19 évaluations)
5,1 / 10 - Moyen