L'industrie est sclérosée, Nexon veut « renouer avec son ADN de créateur »

Selon Nexon, l'industrie du jeu vidéo serait largement sclérosée (plus obnubilée par les graphismes que le gameplay). Le groupe asiatique fait son autocritique, entend renouer avec son ADN de créateurs et met 30 nouveaux jeux en chantier.

L'industrie est sclérosée, Nexon veut « renouer avec son ADN de créateur »

C'est une évidence, Nexon est l'un des (gros) acteurs de poids du marché asiatique du jeu en ligne, comptant dans son catalogue quelques-unes des licences les plus populaires en Asie -- que ce soit MapleStory ou Dungeon Fighters. Des titres d'envergure revendiquant des dizaines de millions de joueurs inscrits, mais aussi des titres vieillissants, faisant dire à Kim Jungjoo (l'un des fondateurs du groupe) lors de la Nexon Developer Conference 2014 que « Nexon est sans doute le seul studio de développement de jeux au monde à avoir survécu pendant plus de dix ans sans sortir un seul nouveau jeu ».
Une boutade qui n'en est pas vraiment une : depuis des années, Nexon connait une croissance plus ou moins régulière grâce à ses acquisitions (Neople, GameHi, ou encore DevCAT, qui signe Vindictus) et ses prises de participation dans le capital d'autres studios un brin plus modestes (comme NCsoft, par exemple, dont Nexon s'est offert 14,7% en 2012), mais sans développer ses propres jeux. En un mot comme en cent, Nexon rachète de petits studios pour exploiter leurs créations, mais n'est plus un créateur.

Mabi22.jpg

À force de se reposer sur ses acquis, le studio reconnait aujourd'hui des « lacunes dans la conception de nouveaux jeux » et avoir perdu le sens des évolutions du marché (en 2012, le studio est largement dépassé par l'émergence du jeu mobile). Au point, depuis 2012, d'initier et annuler des projets tous les six mois (on se souvient par exemple de l'annulation de Mabinogi II Arena, à défaut d'un gameplay suffisamment efficace).
Une autocritique qui ne touche pas uniquement Nexon, mais l'industrie du jeu en ligne tout entière. Selon Owen Mahoney ayant récemment intégré Nexon, « les développeurs tentent aujourd'hui de se distinguer et de se démarquer grâce à des graphismes toujours plus impressionnants au lieu de miser sur la créativité et des mécanismes originaux ; alors que parallèlement, des plateformes comme Facebook ou les mobiles se contentent d'adapter des licences et formats ayant déjà rencontré le succès sur d'autres supports ». À quelques rares exceptions « comme Minecraft ou Eve Online, l'industrie vidéo ludique tout entière est sclérosée ».

screenshot1.jpg

Un constat plutôt sombre, mais Nexon n'entend pas se laisser abattre et entend donc « renouer avec son ADN de développeurs » et mobiliser ses 2000 développeurs pour retrouver « sa capacité créatrice d'il y a dix ans » (à l'époque où un certain Jake Song imaginait Kingdom of the Wind, le premier vrai MMORPG).
Nexon annonce ainsi le développement de 30 nouveaux jeux au sein de ses différents studios dont six conçus en interne. On ignore combien verront le jour mais dans le lot, on retrouve MapleStory 2 (la suite d'une licence, mais le studio promet qu'elle s'appuie sur des mécaniques totalement inédites) ou Human Element du studio Robotoki, ou encore l'insolite jeu de survie préhistorique Durango qui doit renouveler le jeu sur plateformes mobiles.
On attendra sans doute encore quelques mois avant d'apprécier si Nexon peut gagner son pari (l'inventivité et l'agilité d'un jeune studio trouvent sans doute moins aisément à s'exprimer dans une structure de dimension mondiale comptant des milliers de salariés), mais le constat a sans doute le mérite de la franchise, tout comme la volonté de renouvellement.

Réactions (12)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Nexon ?

3 aiment, 10 pas.
Note moyenne : (13 évaluations)
4,0 / 10 - Médiocre