La philosophie de SOE : impliquer les joueurs dans le développement

Sony Online entend impliquer les joueurs dans le processus de développement de ses MMO. Pour répondre à leur attente et faire vivre les communauté, mais aussi pour faire des économies et réduire les temps de développement.

La philosophie de SOE : impliquer les joueurs dans le développement
terran_republic_1.jpg

À l'heure des réseaux sociaux (qui permettent à tous de se faire entendre) et des campagnes de financements participatifs (qui légitiment l'intervention de « joueurs payeurs »), on le sait, Sony Online entend fortement impliquer les joueurs dans le processus de développement de ses MMO.
Dans le cadre de l'exploitation de PlanetSide 2, le studio américain consulte ainsi les joueurs sur ses « feuilles de route ». Avec Landmark, le développeur va plus loin en fournissant ses outils de développement aux communautés de joueurs / architectes pour les encourager à façonner « leur » univers de jeu. Et avec H1Z1, son MMO de survie, SOE poursuit en organisant des sessions de développement collaboratif sur Reddit ou en direct sur Twitch (réunissant régulièrement plus de 5000 joueurs). Et dans ses différents projets, les joueurs peuvent (ou pourront) concevoir leur propres objets 3D, afin qu'ils soient commercialisés dans les boutiques de MMO au travers du programme Player's Studio (qui aurait généré un chiffre d'affaires de 100 000 dollars à ce jour, partagés entre les créateurs et le studio).

À en croire John Smedley, CEO de Sony Online et qui répond à Fortune, la « démocratisation du développement de jeu » et « l'implication des joueurs dans le processus de conception » des MMO du groupe s'imposent aujourd'hui progressivement comme « le coeur de la philosophie de SOE ».

« Ce que nous essayons de faire, c'est de présenter ouvertement le processus de développement à nos joueurs et d'encourager leur enthousiasme, de les laisser voir ce sur quoi nous travaillons le plus tôt possible et de recueillir leurs opinions sur les grandes orientations de nos jeux. Nous considérons nos joueurs comme des membres de la famille SOE et c'est l'un des mantras de la société. Nous avons rencontré le succès en étant très ouvert avec eux, même sur des sujets délicats comme des décisions en matière de modèle économique. »
464.jpg

Un discours un brin démagogique visant à flatter les (futurs) clients ? Peut-être, mais manifestement pas uniquement. Selon John Smedley, impliquer les joueurs permet d'abord une prise de conscience : « parfois, ils ne comprennent pas pourquoi tel ajout peut demander du temps ou pourquoi telle modification est faite de telle façon : quand ils voient concrètement le travail de développement et les outils utilisés, ils ont un regard plus concret ». Impliquer les joueurs permet de pacifier les communautés en ligne.
Impliquer les joueurs permet surtout, pour le développeur, d'éviter les erreurs et d'économiser temps et argent. On se souvient de la mise à jour NGE de Star Wars Galaxies (déployée bien avant d'introduire cette nouvelle forme de gestion collaborative), détestée par les joueurs et qui restent, pour John Smedley, l'une des principales erreurs de SOE. Le studio considère « qu'avant, 30% à 40% de [son] temps était consacré au développement de fonctionnalités non utilisées » -- et de prendre l'exemple du système d'implants de PlanetSide 2, qui aurait nécessité six mois de travail, avant que les joueurs n'expriment leur scepticisme et que la fonctionnalité soit abandonnée.
Selon le CEO, en plus de faire vivre les communautés au travers de débats, cette méthode de développement collaboratif permet de réduire les temps de développement et de mieux cibler les attentes des joueurs. Et John Smedley ne compte pas s'arrêter en si bon chemin : avec l'essor des consoles connectées embarquant de plus en plus de fonctionnalités sociales, il entend poursuivre le développement collaboratif sur PC mais aussi en transposer le mécanisme sur PlayStation 4.

Réactions (25)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Daybreak Game Company ?

20 aiment, 17 pas.
Note moyenne : (37 évaluations)
3,2 / 10 - Mauvais