Peter Molyneux déclenche « une guerre d'attrition » dans Curiosity

Les développeurs s'échinent à améliorer le taux de rétention de leurs jeux. Peter Molyneux ajoute une fonctionnalité à son projet Curiosity pour y déclencher une guerre d'attrition et étudier les facteurs d'abandon.

Peter Molyneux déclenche « une guerre d'attrition » dans Curiosity

On s'en souvient, en septembre dernier, Peter Molyneux lançait Curiosity, son jeu en ligne expérimental devant interroger le comportement des joueurs, jouer avec leurs instincts et étudier leurs réactions face à la curiosité.
Le principe est simple : Curiosity prend la forme d'un gigantesque de cube virtuel dont il faut égratigner progressivement la surface (à l'aide de burins plus ou moins grands à acheter dans une boutique) jusqu'à en atteindre le coeur du cube contenant un énigmatique mystère. Un mystère d'autant plus mystérieux qu'il ne sera révélé qu'au seul participant ayant supprimé le dernier morceau (et qui pourra le révéler au monde ou le garder pour lui seul). La problématique se pose alors en ces termes : les joueurs accepteront-ils de dépenser (et combien) pour satisfaire leur curiosité (au risque d'échouer) ? Si la question suscite en elle-même une certaine curiosité, entre temps, les joueurs se sont attachés à détourner Curiosity de son dessein initial (notamment en l'utilisant pour graver des sculptures virtuelles et - plus ou moins - éphémères à la surface du cube), mais Peter Molyneux les remet aujourd'hui sur le droit chemin en ajoutant une nouvelle fonctionnalité à Curiosity.

Dorénavant, les joueurs peuvent acheter des burins pour creuser le cube, mais aussi ajouter de nouveaux morceaux afin de reboucher l'ouvrage des creuseurs (et il en coute 0.69£ pour ajouter 10 000 morceaux ; 4.99£ pour en ajouter 100 000 et 7.49£ pour 500 000 morceaux supplémentaires sur le cube).
Et alors que les exploitants de jeux en ligne rivalisent traditionnellement d'imagination pour augmenter le taux de rétention de leurs titres, avec cette fonctionnalité, Peter Molyneux entend ici déclarer « une guerre d'attrition » : les « creuseurs » rivalisent avec les « faiseurs » et l'emporteront ceux qui n'auront pas abandonné. Et même si Peter Molyneux avoue « n'avoir aucune idée de ce qui va arriver » - mais que les joueurs adhèrent ou abandonnent, leur réponse s'avère « significative ».
En attendant le résultat final, le développeur dresse un premier bilan : en 164 jours d'existence, 260 couches du cube ont été creusées. À ce jour, des joueurs ont payé pour supprimer 13,78 millions de morceaux du cube, quand d'autres ont payé pour reboucher 4,68 millions de trous. Quand le cube ne comptera plus que deux couches, cette nouvelle fonctionnalité sera désactivée - laissant ainsi un espoir aux curieux.

Réactions (68)


  • En chargement...