« Maintenant, les joueurs attendent les versions free-to-play »

Nombre de MMO optent pour le free-to-play, à tel point qu'aujourd'hui, les joueurs anticipent et attendent les offres gratuites avant d'acheter. Pour autant, les exploitants s'adaptent aussi et selon Craig Morrison, l'abonnement prend des formes détournée.

« Maintenant, les joueurs attendent les versions free-to-play »

C'est une évidence, dans l'industrie du MMO mais aussi du jeu en ligne, les modèles free-to-play gagnent en popularité et se généralisent. Nombre de MMORPG d'envergure, initialement financés au travers d'abonnements mensuels, revoient ainsi leur copie pour être distribué au moins partiellement « gratuitement ». Une tendance telle qu'elle est aujourd'hui parfaitement intégrée par les joueurs, qui comptent sur la « transition free-to-play » des titres qu'ils jugent trop chers. C'est l'analyse de Craig Morrison (Funcom) dans les colonnes de Gamasutra.

« La tendance actuelle commande "de migrer vers le free-to-play". Les joueurs en ont conscience et tiennent un raisonnement simples : le jeu me tente, et je vais attendre qu'il passe en free-to-play. Ca a du sens en termes d'accessibilité, mais en tant que développeurs de jeu, ce n'est pas ce que nous espérons (que les joueurs se disent "j'ai vraiment envie de jouer à ce jeu... mais bon, je vais attendre").
Et la gratuité ne se suffit plus à elle-même. « Les joueurs sont de plus en plus exigeants et attendent aujourd'hui un niveau de contenu colossal, même en free-to-play ». Ironie de l'histoire, Funcom accompagne cette tendance vers le free-to-play : « nous avons déjà fait évoluer Age of Conan et Anarchy Online était le premier jeu occidental à adopter un modèle free-to-play en 2005 ».

Mais au-delà du constat, cette adaptation des joueurs à la tendance actuelle entraîne aussi une évolution chez les éditeurs. D'abord, selon Craig Morrison, de plus en plus d'exploitants opteront pour des modèles sans abonnement dès l'origine, sans même tenter un lancement « payant » initial (Guild Wars 2 l'a montré, même si l'exemple doit sans doute encore être évalué sur la durée).
Ensuite, si nombre de titres sont présentés comme des « jeux gratuits », ils n'ont de gratuit que l'appellation. Selon Craig Morrison, à termes, « les versions d'essai disparaitront », remplacées par les offres free-to-play qui permettent de tester une grande partie d'un jeu avant tout achat, mais pour mieux cacher des options premiums payantes. La « plupart des jeux gratuits ne le sont pas. Ils s'appuient sur des modèles hybrides, où l'offre free-to-play fait juste office de version d'essai et ensuite, ce qu'ils cherchent réellement consiste à conduire le joueur "gratuit" vers quelque-chose qui n'est ni plus ni moins qu'un abonnement : EverQuest a ses membres soliver, gold ou platinium, Lord of the Rings Online a quelque-chose de similaire, Age of Conan a ses tiers... tous, nous utilisons toujours des abonnements, ce sont juste des modèles hybrides plus souples ».
Et de conclure, qu'à ce titre, « affirmer que le modèle des MMOG à abonnement est mort n'est sans doute pas fondé, pas plus que de dire que le free-to-play est la seule façon de monétiser un jeu ». « Il n'y a que des outils et différentes façons de les utiliser ».

Réactions (77)