Selon David Brevik, Diablo III peine à se montrer à la hauteur de l'héritage de la licence

Quand David Brevik, l'un des initiateurs de la licence Diablo, est interrogé sur les qualités (et défauts) de Diablo III, il estime que ce nouvel opus respecte peu l'héritage de la licence et se montre sévère avec ses successeurs qui le lui rendent bien.

Selon David Brevik, Diablo III peine à se montrer à la hauteur de l'héritage de la licence

Si l'on connait aujourd'hui David Brevik pour être en charge du développement de Marvel Heroes chez Gazillion, on se souvient aussi qu'il a fait ses armes chez feu Blizzard North où il a contribué à initier la licence Diablo (qui doit son nom, apprend-t-on aujourd'hui, au Mount Diablo, une petite montagne se trouvant non loin de la ville de Danville où David Brevik a vécu lorsqu'il était étudiant).
Quelques années plus tard (la semaine dernière), le même David Brevik était à Cologne à l'occasion de la gamescom pour présenter Marvel Heroes et IncGamer a profité de l'occasion pour recueillir l'opinion du grand homme sur les qualités (et surtout les défauts) de Diablo III. Et force est de constater qu'il n'est pas très charitable avec ses successeurs, qui le lui rendent bien.

ss120-hires.jpg

C'est une évidence, depuis son lancement mi-mai dernier, Diablo III n'est pas exempt de critiques, notamment de la part de certains joueurs. David Brevik se classe parmi eux et considère effectivement que les équipes de Blizzard North (ayant signé les deux premiers opus de la série) n'auraient sans doute pas abordé le troisième sous le même angle que les équipes du Blizzard Entertainment d'aujourd'hui - rebaptisé « Blizzard South » par Brevik pour souligner la différence d'état d'esprit dans le studio des origines et celui d'aujourd'hui.
Selon le concepteur, le Blizzard d'aujourd'hui s'est un peu plus concentré sur la scénarisation du jeu, oubliant peut-être au passage certains des principes de base du gameplay de la série. Et d'évoquer les problématiques d'équilibrage des objets du jeu (là où les collections d'équipements étaient le coeur des deux premier opus), le système de loot prenant une orientation radicalement différente de celle des épisodes précédents (et justifiant, selon Brevik, la déception des joueurs) ou encore le système d'enchères en argent réel (qui fait abondamment gloser depuis le lancement du jeu).

sQBJ0.png

Si l'approche de David Brevik soulève sans doute de vraies questions (comment faire vivre durablement une licence, entre héritage du passé et évolutions naturelles vers l'avenir ?), le producteur de l'époque ne s'intéresse pas qu'au fond et stigmatise aussi volontiers ses successeurs, soulignant par exemple le manque d'expérience du studio d'aujourd'hui (une expérience perdue avec la disparition de Blizzard North, selon Brevik). Et de considérer que « l'équipe en place a sans doute conscience des problèmes actuels du jeu », mais trouvant néanmoins « triste qu'elle ait à apprendre de cette façon, des leçons si difficiles ».
Et quant à son sentiment sur l'évolution de la licence Diablo ? Un mélange de tristesse de voir ce qu'elle est devenue aujourd'hui et l'accueil réservé par les joueurs, mais aussi une forme de satisfaction puisque ce résultat mitigé, au regard de l'enthousiasme suscité par les opus précédents, souligne la qualité de l'équipe d'alors.
Evidemment, ces commentaires sont très diversement appréciés par l'équipe de développement actuelle de Diablo III, qui l'exprime sur les réseaux sociaux. Vertement, Jay Wilson (game director) adresse à David Brevik un « Fuck that loser » (avant de se raviser et d'effacer son commentaire), Chris Haga (artiste) a le sentiment de passer sous un bus, Steven Parker trouve ces remarques décevantes ou encore Roger Hugston se dit « irrité » par tout ceci « sans trop savoir pourquoi »... Ambiance, qui apparait sans doute comme le reflet d'un certain sentiment suite à l'accueil réservé à Diablo III depuis plusieurs semaines.
En attendant, depuis la sortie des deux premiers Diablo, David Brevik s'est notamment illustré en sortant Hellgate: London et Mythos (restés dans les mémoires comme deux échecs, au moins commerciaux voire ludiques selon certains). Et on pourra se forger une opinion sur ses capacités aujourd'hui notamment avec le lancement prochain du RPG d'action Marvel Heroes (un Diablo-like de super héros distribué en free-to-play).

Réactions (66)


  • En chargement...