Les factions d'End of Nations se dévoilent en vidéo

Dans la foulée du premier week-end de test d'End of Nations, le MMO de stratégie en temps réel de Trion Worlds, le développeur livre quelques précisions sur la trame du jeu, l'histoire des factions et de leurs héros emblématiques.

Dans la foulée d'une première session de tests (le week-end dernier), End of Nations se rappelle à notre bon souvenir au travers d'un journal de développement vidéo nous présentant les principales factions du MMO de stratégie en temps réel (deux factions jouables et une faction contrôlée par l'intelligence artificielle) et quelques-uns des personnages emblématiques du jeu (sans trop s'avancer, on subodore qu'initialement, la vidéo était prévue pour être diffusée avant le week-end de tests).

On (re)découvre ainsi le tout puissant Ordre des Nations, un conglomérat militaro-industriel ayant profité d'une crise économique et sociale majeure (qui affiche une résonance un peu particulière au regard de l'actualité bien réelle) pour prendre le pouvoir et imposer un état totalitaire sur la planète. Pour autant, certains s'élèvent contre ces velléités de domination, fondent leur propre organisation et invite les joueurs à les rejoindre.
Ainsi, l'espionne Monkh Erdene, alors au service de l'Ordre des Nations mais trahie par les siens, prend son indépendance et fonde le Cartel de l'Ombre (l'une des deux factions jouables) et y applique ses propres stratégies : frapper vite et fort, en toute discrétion ou dans le cadre d'embuscades, tout en s'appuyant sur une technologie volée à son ancien employeur. De son côté, le Front de Libération est né sous l'impulsion à la fois d'Alec Chase, ancien héros de guerre au service de l'Ordre des Nations, aujourd'hui considéré comme un déserteur après avoir refusé de mater une rébellion aux États-Unis, et de Miry Dickison, ex-ministre de la justice du Royaume Uni. L'un et l'autre tentent de restaurer la démocratie.
Au-delà de la trame du jeu, on comprend l'objectif de l'équipe de développement : faire en sorte que le joueur adhère à l'une ou l'autre des philosophies des factions jouables (la révolution en marche du Cartel de l'Ombre, l'idéal démocratique du Front de Libération), tout en pimentant le gameplay en permettant au deux factions de s'opposer entre elles ou de s'allier contre l'Ordre des Nations.
À chacun de faire ses choix lors du prochain week-end de test, en attendant une sortie d'End of Nations en fin d'année en free-to-play.


  • En chargement...

Que pensez-vous de End of Nations ?

26 aiment, 6 pas.
Note moyenne : (32 évaluations | 0 critique)
5,5 / 10 - Assez bien