EA renoue avec les bénéfices et mise sur « les licences, les plateformes et le talent »

Electronic Arts publie ses comptes du premier trimestre 2012 : le groupe renoue avec les bénéfices (400 millions de dollars) et imagine son avenir en ligne et sous forme dématérialisée.

Le 31 mars dernier, Electronic Arts clôturait son année fiscale 2012 et vient tout juste d'en publier les résultats. Le groupe renoue avec les bénéfices (mais peine à convaincre les marchés) et continue de faire évoluer sa stratégie pour s'imposer comme la première « pure play digital gaming company ».
Au cours des trois premiers mois de l'année 2012 (quatrième trimestre fiscal 2012), Electronic Arts revendique un chiffre d'affaires de 1,37 milliards de dollars (en progression de 26% par rapport au trimestre précédent) pour un bénéfice net de 400 millions de dollars (contre 205 millions de pertes au trimestre précédent). Des chiffres bruts en hausse, donc, mais qui perdent un peu de leur superbe hors éléments exceptionnels (le gain par action des actionnaires affiche ici une baisse de 32%).

Mais au-delà des chiffres, on retiendra peut-être plus volontiers la stratégie défendue par le CEO John Riccitiello articulée autour de trois axes : « les licences, les plateformes et le talent ». L'éditeur revendique d'abord l'un des premiers catalogues de licences de l'industrie du jeu (Battlefield, Need for Speed, FIFA, Plants vs. Zombies, Bejeweled, Star Wars, Madden, The Sims, Dragon Age, SimCity, Mass Effect ou Medal of Honor) et entend continuer à l'exploiter et le renforcer. Ensuite, EA souhaite s'attacher les « talents » de l'industrie (notamment via l'acquisition de studios tiers pour profiter de leurs exécutifs et effectifs) et enfin - et c'est peut-être ce qu'on retiendra le plus ici -, une politique visant à axer ses activités sur les plateformes digitales et le service.
EA a longtemps construit ses activités sur la vente de boîtes de jeux pour consoles. Le groupe mise aujourd'hui sur les « services ludiques en ligne » : sa plateforme Nucleus compterait 220 millions de joueurs inscrits (des joueurs en ligne sur consoles, PC et réseaux sociaux), sa plateforme de ventes en ligne, Origin, revendique 11 millions de clients et un chiffre d'affaires relatif aux « ventes jeux en téléchargement » de 48 millions de dollars porté par les ventes de Mass Effect 3 et SWTOR, et EA ambitionne de s'inspirer de « Tencent [premier acteur chinois] et Nexon [premier acteur sud-coréen] sur le marché du jeu en ligne free-to-play » (« l'un des segments affichant la plus forte croissance ») avec sa franchise EA Play4Free (on y trouve déjà des déclinaisons des franchises Need for Speed et Battlefield). Et pour l'avenir, le groupe provisionne déjà 80 millions de dollars réservés aux jeux de la prochaine génération de consoles connectées.
On l'aura compris, selon Electronic Arts, l'avenir de l'industrie vidéo ludique (que ce soit en termes de jeu, de contenu, de ventes ou de distribution) s'envisage en ligne et sous forme dématérialisée.

Réactions (14)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Electronic Arts ?

13 aiment, 144 pas.
Note moyenne : (157 évaluations)
1,5 / 10 - Très mauvais