Zynga poursuit le Français Kobojo

Avec FarmVille, CityVille ou encore FrontierVille, Zynga attire des millions de joueurs avec ses « Ville games ». Dès lors, quand le Français Kobojo utilise le terme français dans le titre de PyramidVille, Zynga voit rouge et saisit les tribunaux.

Zynga poursuit le Français Kobojo

Le groupe Zynga s'est imposé comme l'un des poids lourds de l'industrie du « jeu social » (notamment distribué sur Facebook) grâce à ses jeux de gestion : FarmVille, CityVille, FrontierVille, PetVille ou encore FishVille... Autant de « Ville » qui s'imposent comme l'une des signatures du groupe (et attirent des dizaines de millions de joueurs actifs chaque mois).
Raison pour laquelle, sans doute, le géant Zynga a vu rouge lorsque le groupe français Kobojo (et l'éditeur Bulkypix) s'est attelé à lancer PyramidVille, jeu social distribué sur Facebook et plateformes mobiles, plongeant le joueur au coeur de l'Egypte antique (le joueur doit faire prospérer un village au bord du Nil, notamment en gagnant des ressources au travers de mini-jeux).

On constate aujourd'hui que Zynga vient d'initier une procédure devant les juridictions californiennes pour empêcher Kobojo d'utiliser le terme « -Ville » dans le titre de son jeu, arguant un risque de confusion avec ses propres jeux.
Et en la matière, Zynga n'en est pas à son coup d'essai puisque plusieurs cas ont déjà été soumis aux tribunaux américains : le groupe a déjà essayé de protéger la marque « Ville » tout court (en vain, le terme étant jugé trop générique), mais aussi de bloquer l'utilisation de la dénomination BlingVille (à la fois le nom d'un jeu et du studio qui le développe - et l'affaire n'est pas encore tranchée) ou encore précédemment de Dungeonville (titre d'un jeu signé par le studio Night Owl Games, mais le différend s'est réglé amiable).
La problématique soulevée par le cas PyramidVille est néanmoins sensiblement plus complexe compte tenu du caractère francophone du mot « Ville » et de la nationalité (tout aussi française) de Kobojo. Si l'on comprend que l'utilisation du terme « Ville » pourrait permettre au développeur de profiter indument d'une notoriété construite par Zynga (pouvant justifier que les juges lui interdisent de l'utiliser), on les imagine mal réserver exclusivement à Zynga l'usage du mot Ville dans ses marques. Les juges auront à trancher le cas dans les semaines à venir et décider s'il y a un Ville de trop in the town.

Réactions (25)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Zynga ?

2 aiment, 52 pas.
Note moyenne : (54 évaluations)
1,0 / 10 - Nul