Fuite du code source de Lineage III : condamnations confirmées et alourdies

Après une série de condamnations en juin 2009 en première instance, les auteurs de la fuite du code source de Lineage III (d'anciens salariés de NCsoft) voient leurs peines confirmées, voire alourdies par la Cour suprême.

Fuite du code source de Lineage III : condamnations confirmées et alourdies

Nouvel épisode de la saga judiciaire faisant suite au vol du code source de Lineage III, cette fois devant la Cour Suprême sud-coréenne qui confirme et alourdis les peines prononcées en 2009.
Pour mémoire, l'affaire avait débuté en septembre 2006 quand NCsoft interrompait le développement de Lineage III suite à la perte du code source du MMORPG, dérobé par sept anciens salariés (ayant quitté NCsoft pour fonder le studio Bluehole). En juin 2009, une décision de première instance condamnait pénalement certains auteurs du larcin, mais d'autres étaient relaxés et le parquet interjetait alors appel de la décision pour obtenir une condamnation globale. Condamnation obtenue hier à Séoul devant la Cour Suprême, confirmant les condamnations de premières instances et alourdissant certaines peines.
Le « responsable du département » déjà condamné à un an et demi de prison ferme et deux ans de mise à l'épreuve voit sa condamnation confirmée alors que le « responsable d'équipe », relaxé en première instance, est déclaré coupable devant la Cour suprême et écope de huit mois de prison et deux ans de mise à l'épreuve. Les cinq autres accusés se contentent de peines d'amendes.

Interrogé par la presse sud-coréenne, le porte-parole de NCsoft se satisfait de la décision, estimant que « la fuite de secrets commerciaux peut mettre en jeu la survie d'une société » et qu'à ce titre, « la décision de la Cour suprême pourrait faire jurisprudence et donner à réfléchir aux professionnels de l'industrie des nouvelles technologies qui changent de jobs pour rejoindre un concurrent et dont dépend le succès d'un projet ».

Au-delà du volet pénal de l'affaire, maintenant clos, son pendant civil (visant non plus à sanctionner les faits reprochés, mais à les réparer) avait été marqué par une décision en première instance en faveur de NCsoft qui réclamait l'équivalent de 5,7 millions de dollars à Bluehole, alors que ce dernier avait néanmoins obtenu gain de cause en appel.

Réactions (69)


  • En chargement...

Que pensez-vous de NCsoft ?

41 aiment, 38 pas.
Note moyenne : (83 évaluations)
4,6 / 10 - Moyen