Bioware : miser sur l'originalité

Fort de son expérience acquise dans le développement de jeux de rôle, Bioware entend se démarquer de l'offre MMO actuelle. A tel point qu'après avoir tester SWTOR, les joueurs seraient rebutés par la concurrence.
Bioware : miser sur l'originalité

On connaît évidemment Bioware depuis des années pour ses jeux de rôle, qui ont le don de plonger le joueur dans un univers immersif et émouvant. Le développeur canadien travaille aussi sur Star Wars The Old Republic et entend manifestement appliquer au MMORPG les recettes de ses titres précédents.
C'est ce que l'on retient des propos de Greg Zeschuk et Ray Muzyka, les fondateurs de Bioware longuement interrogés par Gamasutra, considérant que SW TOR s'exonère des canons du MMO au point de détourner les joueurs de la concurrence.

Selon Zeschuk et Muzyka, la comparaison entre SWTOR et WoW est inévitable et finalement peu problématique. Car si WOW a posé les standards du genre massivement multijoueur (qui ont « déjà été expérimentés par des millions de joueurs ») et même si Bioware « intègre ces standards dans [ses] projets », le studio suit néanmoins ses propres règles de game design, notamment axées sur les émotions du joueur.

Greg Zeschuk : « Je crois que c'est différent. Je crois que WOW et tous les autres MMO proposent le même type de défis... Il y a toujours des milliers et des milliers de héros. Vous ne vous sentez pas vraiment spécial. C'est une expérience incroyable, c'est gratifiant, mais vous ne vous sentez pas spécial. Et c'est ce que nous essayons de faire. [...] »
Et selon Ray Muzyka, le studio y parvient : « honnêtement, la réaction classique que nous constatons chez nos fans quand ils jouent, ou même chez les testeurs et dans notre équipe, est qu'une fois que vous avez essayez, vous ne pouvez pas revenir en arrière. Vous ne voulez plus essayer d'autres MMO. Je crois que c'est le fruit de la prise en compte du caractère héroïque et de la reconnaissance de l'identité dans le jeu. »
Inquisiteur assassin 01

Une approche faisant évoluer le genre, donc et qui selon le studio, devrait permettre à la fois de séduire les joueurs de MMO traditionnels mais aussi un autre public, moins habitué au genre massivement multijoueur mais attiré par la licence. De quoi assurer la fiabilité financière du projet et sa pérennité ? Peut-être.
Sur un plan économique, Bioware n'est quoiqu'il en soit pas inquiet (ni par ses projets, ni par le contexte actuel qui voit la multiplication des plans de licenciements et fermetures de studios) : le studio développe ou exploite actuellement plusieurs titres (Dragon Age II sorti récemment, TOR à venir prochainement, Mass Effect 3 attendu début en 2012, en plus de projets plus modestes sur navigateurs Web ou plateformes mobiles) et cette diversification assure sa santé financière. Et permet d'envisager une nouvelle approche du MMO dans les années à venir ?

Réactions (119)


Que pensez-vous de Bioware ?

8 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (12 évaluations)
5,3 / 10 - Moyen