350 000 cybercafés en Asie, 19 milliards de chiffre d’affaires

Si les Occidentaux jouent plutôt chez eux, les joueurs asiatiques préfèrent les cybercafés. On en compte 350 000 en Asie où l'on joue essentiellement à CrossFire, Aion ou Tera.

Le cabinet Pearl Research s'est fait une spécialité d'étudier l'industrie du jeu en ligne, notamment en Asie et son dernier rapport en date s'intéresse aux cybercafé en Asie.
On le sait, à l'inverse de leurs homologues occidentaux qui jouent plutôt à domiciles, de très nombreux joueurs asiatiques préfèrent jouer depuis des cybercafés (même en Corée où 82% de la population dispose pourtant d'un ordinateur personnel). Selon Pearl Research, on compte ainsi 350 000 établissements en Chine, en Corée, à Taiwan, en Inde et au Vietnam, qui devraient générer un chiffre d'affaires de quelque 19 milliards de dollars en 2011 (13,3 milliards d'euros). Et les plus grandes firmes chinoises revendiquent 200 postes par établissement, pour un chiffre d'affaires annuels de plus de 500 000 dollars.
Et si en Chine, les jeux en ligne les plus populaires dans ces établissements sont des jeux d'action (le FPS CrossFire ou le jeu de combat Dungeon Fighter Online), en Corée, les MMORPG Aion et Tera Online tiennent la tête des classements des jeux les plus populaires auprès des joueurs.

On comprend quoiqu'il en soit que les développeurs asiatiques attachent une telle importance au marché des cybercafés et PC Bang, qui influence autant le niveau graphique et technique des jeux (en adéquation avec les configurations des machines des cybercafés), que leur gameplay (longtemps, les développeurs faisaient par exemple en sorte que leurs jeux en ligne soient jouables « à une main », pour le joueur puisse manger, boire ou fumer tout en jouant).

Réactions (12)


  • En chargement...