Le programme de la Paris Games Week

Ce matin, le SELL dévoilait le programme de la Paris Games Week. Un salon de jeux vidéo présenté comme un « show qui va faire du bruit », mais laisse peu de place aux MMO.

Logo de la Paris Games Week

Ce matin, le SELL (le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisir, qui regroupe les principaux acteurs de l'industrie française du jeu) organisait une conférence de presse en vue de présenter le programme de la Paris Games Week, son salon dédié aux jeux vidéo dont la première édition se tiendra du 27 au 31 octobre prochain à la Porte de Versailles.

Et conformément au discours tenu par le SELL depuis quelques semaines, l'événement se veut ambitieux et « à l'image du jeu vidéo d'aujourd'hui en France » : une industrie de divertissement qui rivalise avec le cinéma et la musique, pesant plus de trois milliards d'euros en 2010 et touchant une population de 28 millions de joueurs dans l'Hexagone (de 33 ans en moyenne, aujourd'hui presque aussi féminine que masculine). À en croire Georges Fornay, président du SELL, la France doit avoir son « grand salon du jeu vidéo » et la Paris Games Week doit s'inscrire dans la lignée de l'E3 américain, de la GamesCom allemande ou du Tokyo Game Show japonais, tout en s'adressant au public le plus large dans le cadre « d'un show qui fera du bruit » (dans tous les sens du terme - la soirée du samedi est par exemple dévolu au NRJ MasterMix, concert proposé par la radio NRJ).

Georges Fornay, président du SELL

Une ligne directrice qui passe notamment par un salon laissant la part belle aux jeux sur console, aux jeux musicaux et jeux de sport. Le SELL promet ainsi la présence de nombreux « vrais » sportifs lors de son événement, comme Richard Gasquet s'essayant à Virtua Tennis en 3D ou le pilote Sébastien Loeb sur Gran Turismo 5. Mieux, ce matin, Peguy Luyindula (on nous dit qu'il est footballeur au PSG, on le croit volontiers) dévoilait l'une des animations de la PGW : Manifoot (Mani, comme « main » pour désigner les joueurs de foot virtuel sur console qui utilisent leurs mains plutôt que leurs pieds - sans aucun lien avec Thierry Henri). Manette en main, donc, les gamers de la PGW pourront ainsi affronter, dans le cadre de tournois amicaux, des joueurs de football professionnels, voire des célébrités (dans le dossier de presse, on reconnaît Lorànt Deutsch, Amel Bent, Joey Starr, Kool Shen, Grand Corps Malade, Omar et Fred, Ramzy ou encore Mouloud Achour).
Et comme pour répondre aux critiques laissant entendre que la Paris Games Week oublierait le jeu vidéo au profit du show, Georges Fornay précise que ces intervenants sont aussi des joueurs réguliers de jeu vidéo. Il promet surtout, et c'est sans doute un argument plus efficace, 1000 bornes de jeu sur les 20 000m² du salon (et on retient par exemple la présence d'une version jouable de Call of Duty - Black Ops en multijoueur ou une présentation en avant-première du système Kinect de Microsoft).

L'ensemble des exposants est disponible sur le site de la Paris Games Week, faisant la part belle aux adhérents du SELL - et un peu moins aux acteurs indépendants. Après la défection d'Ankama (qui n'a pas trouvé d'arrangement avec le SELL) mais aux côtés de Square-Enix (présentant notamment Final Fantasy XIV), les joueurs de MMO devront se rabattre sur les stands de Frogster et NCsoft, oubliés dans le dossier de presse de la PGW, mais qui présenteront respectivement Tera Online et Guild Wars 2 pour la première fois en France lors de l'événement.

Réactions (18)


  • En chargement...

Que pensez-vous de SELL ?

3 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (14 évaluations)
3,8 / 10 - Médiocre