Recenser les criminels sexuels dans les jeux en ligne

Recenser les criminels sexuels dans les jeux en ligne. C’est l’objet d’un projet de loi déposé par la Chambres des représentants du Texas, en vue de protéger les jeunes joueurs des prédateurs sexuels.

La Chambre de représentants du Texas vient de déposer un texte de loi pour délibération (répondant au doux nom HB22), visant à obliger les criminels sexuels à faire connaître les comptes qu’ils utilisent dans les jeux en ligne et mondes virtuels, « comme le Xbox Live, PlayStation Home ou Second Life ».
Outre diverses informations personnelles « réelles », la déclaration obligerait les concernés à communiquer adresse de courrier électronique, identifiant de messagerie et « descriptions physiques » des éventuels avatars utilisés dans un monde virtuel (à base de captures d’écran et présentations numériques), et d’en signaler toutes modifications. Si le texte est adopté, les juridictions texanes seraient amenées à évaluer « le niveau de risque que représente chaque condamné pour la communauté » et le cas échéant à leur imposer cette procédure de déclaration.

On sait que les juridictions américaines adjoignent parfois leur condamnation d’une obligation d’informations (les criminels sexuels doivent, par exemple, se faire connaître auprès de leur entourage). Le Texas envisage manifestement un équivalent numérique.

A en croire le blog GamePolitics, qui se fait l’écho du projet de loi, le texte viserait à répondre à la « hausse de cas de pédophilie, aux Etats-Unis, faisant suite à une prise de contact sur Internet et dans les jeux en ligne ». Si le texte est voté au Texas, il sera soumis dans la foulée au Sénat américain.


  • En chargement...