Vers l'interdiction des MMO pour les mineurs allemands ?

Après la fusillade de Winnenden, faisant 15 morts en Allemagne la semaine dernière, les autorités locales s'interrogent sur les influences des « jeux en ligne violents et addictifs ».

Le 10 mars dernier en Allemagne, Tim Kretschmer abattait 15 élèves et professeurs du collège Albertville de Winnenden avec un Beretta 9 mm avant de se donner la mort. A l'heure où les autorités allemandes recherchent encore les causes de l'acte meurtrier (les parents du forcené dépressif sont d'ores et déjà poursuivis pour avoir laissé des armes à feu à portée de l'enfant), Mechthild Ross-Luttmann, la ministre des affaires sociales allemande met en cause « les jeux vidéo violents et addictifs ».
A en croire Welt Online, qui se fait l'écho de l'affaire, la ministre souhaiterait renforcer le contrôle des ventes de jeux aux mineurs, pour leur interdire les « killer games comme Counter Strike et les jeux addictifs comme World of Warcraft ». Les revendeurs contrevenant seraient passibles d'amendes pouvant atteindre 50 000 euros.

La ministre s'est dite « choquée de voir avec quelle facilité les enfants ont accès à des jeux qui ne sont pas adaptés à leur âge ». Selon Welt Online, « World of Warcraft, par exemple - aujourd'hui déconseillé au moins de 12 ans - pourrait être vendu aux adultes uniquement dans un futur proche ». Selon la ministre, « les parents doivent savoir quels types de dangers potentiels existent dans les chambres des enfants ».

Pour autant, selon Andreas Rosenfelder, expert et auteur de « Digital Paradise » et dont les propos sont relayés par le journal, « il n'y a pas de connexion entre un jeu de rôle vidéo comme WoW et les attaques des écoles ». « World of Warcraft est un jeu se déroulant dans un monde médiéval, dans lequel les protagonistes peuvent incarner des nains, des elfes ou des magiciens... il n'y a pas d'arme à feu ».
Mais « dans le débat, on peutaisément faire la confusion - des jeux comme Counter Strike, dans lesquels le joueur voit au travers des yeux d'un personnage lourdement armé et tuant autant d'ennemis que possible, doivent faire l'objet d'une attention particulière. Ces jeux sont aussi appelés des "Ego Shooter"... Et une consommation excessive de ces jeux peut avoir des effets secondaires ». Pour autant, Rosenberg estime aussi que quiconque peut développer des « penchants haineux, joueur ou non ». Et « un comportement pouvant conduire à une tuerie dans une école ne s'apprend dans un jeu comme Counter Strike ».

Réactions (60)


  • En chargement...