New York ouvre son Centre national d'histoire des jeux électroniques

Le jeu vidéo n'est pas uniquement source de violence et d'addiction. Il peut aussi être source d'études et s'inscrire dans nos sociétés contemporaines. New York y consacre un musée.

Depuis aujourd'hui, le Grand Musée du Jeu de la ville New York accueille le Centre National d'Histoire des Jeux Electroniques, dont la mission est « d'exposer et de préserver des jeux vidéos et ce qui s'y rattache ». Fort d'une collection de 15 000 objets, dont quelque 10 000 jeux et la plupart des consoles connues (même la Magnavox Odyssey considérée ici comme la première d'entre elles), le Centre se présente comme « l'unique musée dédié exclusivement à l'étude et à l'interprétation du jeu ».

Pour G. Rollie Adams, conservateur du musée et dont Gamasutra relaie les propos, « les jeux électroniques n'ont pas seulement changé la façon de jouer, ils ont également eu de profonds effets sur nos façons d'apprendre ou d'interagir avec les autres ». « Et comme le Grand Musée du Jeu est dédié à l'exploration du rôle du jeu dans la vie américaine, nous sommes tout particulièrement intéressés par les influences croissantes que les jeux ont sur nous ».

Ouvert tant aux curieux qu'aux chercheurs, le Centre national d'histoire des jeux électroniques expose évidemment du matériel vidéo ludique, mais collecte également tout type de contenus relatifs aux jeux, que ce soit de la documentation, des publications marketing et autres « artefacts » lié au sujet. Et le musée s'enorgueillit de posséder déjà la « deux ou troisième plus grande collection en la matière aux Etats-Unis ».
Si le retro-gaming n'est pas un phénomène neuf, cette initiative marque sans doute une forme de consécration pour le jeu vidéo, qui fait son entrée parmi les « usages nobles » en occident.


  • En chargement...