Renforcement du protectionnisme chinois

La Chine est un territoire majeur pour les exploitants de MMO. Les autorités locales annoncent néanmoins un renforcement de leur politique de censure à l'encontre des jeux en ligne importés.

Avec un marché évalué à 2,3 milliards d'euros en 2008 (en progression de 52% sur l'année et affichant des prévisions de progression de plus de 20% par an au moins jusqu'en 2012), l'industrie chinoise du jeu en ligne pèse de plus en plus sur l'économie mondiale vidéo ludique en ligne.

Un marché qui pourrait néanmoins être sensiblement moins accessible à l'avenir puisque Kou Xiaowei, directeur du GAPP (l'Administration générale en charge de la presse et des publications en Chine), annonçait hier « un renforcement des mécanismes de censures à l'encontre des jeux en ligne étrangers » exploités sur le territoire chinois. Selon le responsable chinois, la mesure vise autant à « protéger les développeurs de jeux locaux qu'à prévenir l'influence [des jeux étrangers] sur la jeunesse chinoise ».

Jusqu'à présent, le GAPP appliquait les mêmes critères de censure aux jeux chinois et aux jeux importés, « même si de grands titres comme World of Warcraft font l'objet d'une attention plus particulière du fait de leur impact sur les jeunes » (on se souvient que ces dernières semaines, Wrath of the Lich King, la seconde extension de WoW, s'est vu refuser deux fois l'agrément d'exploitation en Chine par le GAPP). Dans les semaines à venir, la donne devrait donc changer et Kou Xiaowei annonce déjà une rencontre avec les exploitants chinois afin d'exposer les nouvelles procédures de censures (plus souples, donc) spécifiques aux acteurs locaux.
Le protectionnisme est un réflexe traditionnel en temps de crise, mais les exploitants occidentaux auront manifestement maintenant un peu plus de difficultés à intégrer le marché chinois dans leur stratégie d'expansion mondiale.


  • En chargement...