Quand les MMORPG deviennent revendicatifs, acte 3

Fin janvier dernier, une joueuse de World of WarCraft était sanctionnée par un game master pour avoir fait la promotion de sa guilde "gay friendly". Début février, une association de défense des droits des homosexuels demandait des explications à Blizzard. Le développeur de MMO vient de répondre.

Fin janvier 2006, dans un premier acte, Sara Andrews (joueuse de World of Warcraft, chef de guilde et transsexuelle) était sanctionnée par un "game master" pour "harcèlement sexuel" après avoir publié une annonce de recrutement pour sa guilde "gay friendly" sur l'un des canaux de discussion du MMORPG. Dans un deuxième acte, plusieurs autres guildes "gay friendly" soutenues par "Lambda Legal" (qui se présente comme la plus ancienne association de défense des droits civils des homosexuels aux Etats-Unis) demandent des explications à Blizzard, le développeur du jeu.
De nombreux joueurs s'interrogeaient notamment sur les comportements autorisés ou interdits dans le jeu. Un homosexuel dans la réalité peut-il en faire mention dans le jeu ? Un hétérosexuel adoptant un "roleplay" d'homosexuel dans le jeu risque-t-il une sanction ? Etc.

Dans le troisième (et dernier ?) acte de l'histoire divisant les joueurs de MMOG (au point que le Washington Post se fasse l'écho de leurs revendications), Blizzard vient de répondre aux accusations (par un fax du 8 mars signé Paul Sams, "Chief Operating Officer" chez Blizzard Entertainment).

[...] Blizzard s'efforce de proposer un environnement de jeu où tous sont les bienvenus. Avec cet objectif à l'esprit, les conditions d'utilisation du jeu interdisent le harcèlement d'autres joueurs en général et interdit plus spécifiquement le harcèlement de joueurs sur la base de leur orientation sexuelle.

En tant que jeu "massivement multijoueur" en ligne, WoW offre un environnement dans lequel les joueurs peuvent interagir les uns avec les autres. Il est attendu et accepté que les joueurs aborderont un grand nombre de sujets dans leurs discussions, basées à la fois sur le monde du jeu et sur le monde réel. Les joueurs sont libres de discuter de caractéristiques personnelles s'ils le souhaitent, incluant leurs orientations et identités sexuelles.

La première réaction suite à l'annonce de Ms. Andrews dans le jeu à propos de sa guilde "LGBT" [Lesbienne, Gay, Bi et Transsexuelle] était, très sincèrement, une erreur regretable. Le game master a reçu un report selon lequel Ms. Andrews avait publié une "annonce perturbante", ce qui n'a pas été vérifié avant quel 'avertissement ne lui soit donné. Après vérification, il s'avère que l'annonce de Ms. Andrews n'était pas "perturbante" et que l'avertissement n'était donc pas fondé. [...]

Blizzard a prévu d'inclure une nouvelle formation pour ses game masters, afin de les aider à mieux réagir s'ils sont à nouveau confrontés à ce type de situations dans le futur. Blizzard a spécifiquement indiqué à ses game masters que mentionner ou discuter de son orientation ou identité sexuelle de façon non insultante dans le jeu n'est pas une violation de la politique anti-harcèlement et ne constitue pas un fondement suffisant pour infligerun avertissement ou donner lieu à tout autre action disciplinaire.

En matière de recrutement de guilde, Blizzard va ajouter un canal de discussions dédié aux "recrutements" pour les guildes. Bien que de nombreux joueurs soient concernés par les guildes, tous ne s'y intéressent pas et certains se plaignent du nombre d'annonces des guildes. Ce nouveau canal de discussion permettra à toutes les guildes de recruter dans le jeu des membres animés par un même intérêt, avec des annonces mentionnant les particularismes de chaque guilde. Il va sans dire que les guildes "gay friendly" sont autorisées à y annoncer leur existence et à recruter des membres de la même manière que n'importe quelle autre guilde. [...]

Réactions (60)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Blizzard Entertainment ?

77 aiment, 47 pas.
Note moyenne : (127 évaluations)
5,7 / 10 - Assez bien